Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.500 articles.

2005/2017. Trois films tournés dans notre canton de Nogent-le-Roi...

C'est vrai qu'il est beau notre canton...

Et que certains villages ont su garder tout leur charme...

Celui d'avant...

C'est ainsi que plusieurs films ont été tournés dans notre joli coin d'Eure-et-Loir :

1/ Le Grand Meaulnes à Villemeux

La seconde version.

Celle de Jean-Daniel Verhaeghe.

Sortie en salles le 4 octobre 2006.

Et tirée du merveilleux roman de Alain-Fournier.

Même si j'ai préféré le film de 1967 de Jean-Gabriel Albicocco.

Verhaege et son équipe sont venus tourner à Villemeux le mercredi 21 septembre 2005.

Synopsis :

Un soir de novembre 1910, Monsieur et Madame Seurel, qui dirigent une paisible école de la campagne solognote, reçoivent un pensionnaire que sa mère accompagne, Augustin Meaulnes.
Le prestige naturel de ce grand adolescent lui vaut d'être bientôt connu de tous les élèves comme "le Grand Meaulnes". Partageant la même chambre, le nouveau venu et François Seurel, fils des directeurs, se lient d'amitié, Augustin exerçant sur le sensible François une véritable fascination.

Le roman d'Alain-Fournier vu par Jean Cosmos et Jean-Daniel Verhaeghe

Le scénariste Jean Cosmos et le réalisateur Jean-Daniel Verhaeghe expliquent leur attrait pour le roman d'Alain-Fournier.
Jean Cosmos : "C'est un roman qui est écrit par un post adolescent et je crois que c'est sa qualité fondamentale. Alain-Fournier l'écrit à mon sens pour lui-même, avec beaucoup d'ingénuité. Il est encore assez jeune. Le roman est édité en 1913, il a tout juste vingt-sept ans. Pour un jeune homme de cet âge, à cette époque et qui, de plus, a tenté Normal Sup., ce n'est pas pédant, c'est au contraire assez fluide. Le roman est assez autobiographique. Le personnage d'Yvonne est lié à la rencontre faite sur une promenade parisienne avec une jeune femme avec laquelle Alain-Fournier a eu très peu de rapports, tout juste une petite conversation passagère, mais qui a hanté son adolescence. Et c'est ce qu'il nous raconte dans ce roman. Il nous raconte l'aventure d'un jeune homme assez frustré qui entrevoit une silhouette, qui a rêvé et construit sa vie sur ce rêve. Ce qui est étonnant lorsque l'on met le nez dans ce livre de manière technique dirais-je, c'est que l'on ne sait pas où est le charme, mais il est partout. C'est une chose unique dans les lettres modernes. La qualité du "Le Grand Meaulnes" , c'est le charme, le mystère. Et lorsque l'on vient au cinéma avec une oeuvre aussi brumeuse, c'est-à-dire sans contours précis, sans destin cerné de manière absolue, le danger est l'hyper réalisme du cinéma. Yvonne à l'écran ce n'est plus la vôtre. Meaulnes non plus... Or à la lecture, seul votre imaginaire est sollicité."
Jean-Daniel Verhaeghe : "Il faut aussi rappeler que le livre est un récit raconté par une tierce personne. Ce qui montre déjà la fascination qu'a le narrateur pour Meaulnes. C'est quelqu'un qui va faire irruption dans sa vie et modifier celle-ci et son regard sur les choses. C'est dans cette mesure que je vois volontiers Meaulnes comme un personnage Pasolinien. C'est-à-dire quelqu'un qui arrive, traverse et change les personnes qui l'entourent."

 

2/ Munich de Steven Spielberg à Faverolles

En 2005, l’équipe de Steven Spielberg s’installe dans un hameau d’Eure-et-Loir pour tourner, dans le plus grand secret, quelques scènes de son nouveau film, Munich. Quinze ans après, retour sur cette aventure hollywoodienne hors du commun.

Faverolles, 865 habitants, est un village d’Eure-et-Loir plutôt calme. L’église Saint-Rémy, édifiée au XIIIe siècle, attire les amoureux du patrimoine local, et au-delà.
Les anciens se souviennent encore de la figure imposante et un brin intimidante de Julien Green, l’écrivain et Académicien qui a habité la commune pendant de nombreuses années. Mais les stars sont plutôt rares dans ce coin tranquille.

Tout change en ce 19 septembre 2005. Une équipe de trois cents personnes débarque brusquement dans la bourgade. Ils louent la salle des fêtes pour entreposer des costumes, font couper quelques rues à la circulation… Mais personne ne sait ce qu’il se passe précisément.

Le maire de l’époque, Alain Feys, reste également silencieux. Aux journalistes de 
L’Écho républicain, l’élu répond par un énigmatique : « Je ne sais rien du film ni de son réalisateur. C’est le mystère total. »

 

Daniel Craig, Mathieu Kassovitz, Eric Bana…

Petit à petit, la rumeur enfle et l’information commence à circuler. C’est Steven Spielberg qui vient tourner quelques scènes de son nouveau film, Munich !
Mais impossible de s’approcher trop près des lieux du tournage, la sécurité, très importante, œuvre pour éloigner les curieux, population comme journalistes.

« C’est un vrai camp retranché avec d’impressionnantes équipes de sécurité. Les gens sont très gentils, mais muets », selon les habitants, eux aussi à la recherche d’informations.

Il faut dire que le long métrage suscite la controverse. Spielberg y raconte les conséquences de la prise d’otages d’athlètes israéliens par le groupe de terroristes palestiniens Septembre noir lors des jeux Olympiques de Munich qui s’est terminée dans le sang.

Le casting fait rêver : Éric Bana, Daniel Craig (James Bond), Geoffrey Rush (Pirates des Caraïbes) ou Mathieu Kassovitz (Le Bureau des légendes), qui se donnent la réplique dans un film très sombre et éloigné des œuvres plus populaires et commerciales du cinéaste.

« Un endroit qui n’avait pas trop changé »

Le réalisateur aurait subi des pressions pour ne pas aller au bout de son projet. Alors, tout le monde est prudent. Sur place, on peut tout juste apercevoir, de loin, l’acteur Michael Lonsdale débarquer sur le plateau.

Mais qu’est venu chercher Spielberg dans cette bourgade d’Eure-et-Loir ?
Peu de temps après la sortie du film, en janvier 2006, le maire finit par donner quelques explications au journaliste Frédéric Levent.

« J’ai été informé un mois avant par les studios Universal qu’un film à gros budget allait être tourné dans la commune. Mais j’ai appris que c’était un film de Steven Spielberg seulement quand l’équipe est arrivée sur place. »

L’équipe de production a été également séduite par le cadre et le paysage qu’offrait le village.

« Ils ont choisi la commune parce qu’ils recherchaient un endroit qui n’avait pas trop changé depuis les années 1970. Ils ont tourné au “Montoire rouge”, un ancien corps de ferme restauré. Je crois que Spielberg était présent, mais je ne l’ai pas vu. »

Cette parenthèse enchantée n’a pas duré bien longtemps, à peine une semaine. Arrivée le lundi, la troupe hollywoodienne repart le vendredi, laissant Faverolles retrouver son calme légendaire. 

Cf article de Rémi Bonnet in Le Berry Républicain.

3/ Votez pour moi de Jean-Pierre Mocky à Coulombs

Journée presque ordinaire pour toute l'équipe du film Votez pour moi. En ce dimanche 18 juin [2017], deuxième tour des législatives, Jean-Pierre Mocky poursuit à Coulombs le tournage de sa comédie.

La Une de L'Écho Républicain, posée sur le zinc du bistrot de Coulombs annonce la couleur : candidat aux municipales, Mathieu Veyron est donné largement en tête, devant Benjamin Dubost. Ce qui n'échappe pas aux deux protagonistes (Raphaël Scheer et Bonnafet Tarbouriech) qui sont accoudés au comptoir avec le cafetier (Philippe Duquesne, des Deschiens), devenu conseiller en communication électorale, et un client très branché politique (Frédéric Bouraly, alias José dans la série sur M6, Scènes de ménage)...

Coulombs a le double privilège d'accueillir à la fois les élections législatives mais aussi un scrutin municipal totalement fictif qui s'inscrit dans le cadre de la nouvelle comédie de Jean-Pierre Mocky, Votez pour moi. En ce dimanche après-midi, toute l'équipe a réquisitionné le bistrot du village, le Cygne. 

Lire ici la suite de l'article d'Olivier Bohin dans L'Echo Républicain.

Ainsi...

Mocky, Spielberg et Verhaeghe ont su apprécier la beauté de nos villages.

Dont nombre ont su garder leur charme suranné.

Dommage pour Chaudon...

Mais les horribles plots en ciment dits ralentisseurs défigurent la grande rue.

Reste peut-être encore le bas du village...

A suivre.

 

Liliane Langellier

Saint-Lucien la mairie école.

 

P.S. M. Roger Tempête qui anime le blog "Coulombs, mon village" me précise :

"Des séquences du film Le Grand Meaulnes ont aussi été tournées à Saint-Lucien. La mairie école a servi de décor à l'école que dirigeait le père de François Seurel.

On voit aussi "la tour" de Saint-Lucien.

Avant le tournage, une équipe était venu visiter la mairie école de Coulombs mais c'est celle de Saint-Lucien qui a été préférée."

Saint-Lucien. La tour.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Bonjour<br /> J'écris actuellement un livre sur l'histoire du cinéma en Eure-et-Loire et j'intéresse à ce titre à tous les tournages qui ont eu lieu dans le département. Vous évoquez dans cet article le tournage du Grand Meaulnes (2006) à Villemeux. Mais la commune de Villemeux n'est pas mentionnée dans le générique de fin, la mairie de Villemeux ne semble pas au courant et je n'ai pas trouvé d'autres traces de ce tournage que votre article. Je serais ravi d'avoir des éléments sur lesquels m'appuyer.<br /> Bien Cordialement
Répondre
L
Et aussi sur https://fr-academic.com/dic.nsf/frwiki/1710098
L
Bonjour...<br /> C'est à lire sur le Wikipedia du village de Villemeux-sur-Eure.