Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.500 articles.

Modern Love : pourquoi la série va faire chavirer votre cœur ?

Si vous n’avez pas encore succombé au charme de « Modern Love », cela ne devrait plus tarder. Disponible sur Amazon Prime Vidéo, la série américaine inspirée de la célèbre rubrique du « New York Times » va vous faire fondre. On vous dit pourquoi.

Avis à tous les cœurs d’artichaut : cette petite pépite télévisuelle est faite pour vous.

« Modern Love », c’est cette tablette de chocolat au cœur fondant que l’on engloutit sans retenue. Cette petite douceur qu’on laisse fondre délicatement sur la langue.

Disponible depuis le mois d'octobre sur la plateforme de streaming Amazon Prime Vidéo, la série américaine - composée de huit épisodes - s’inspire de la célèbre chronique éponyme publiée dans le « New York Times », depuis quinze ans.

Si « Modern Love » est indéniablement une série romantique, elle est loin d’être une sitcom ultra gnangnan, bourrée de « je t’aime, moi non plus » et autres clichés à l’eau de rose (insupportables, avouons-le).

Non.

Chaque épisode, d’une trentaine de minutes environ, raconte une histoire différente, avec pour toile de fond New York.

Un portier bienveillant envers les locataires de son immeuble, le créateur d’une application de rencontre se confiant sur la perte de son grand amour, un couple de quinquagénaires au bord de la rupture ou bien encore une rencontre tardive, bouleversante et inattendue : chaque tranche de vie - savamment mise en scène - nous touche en plein cœur et risque fort de chatouiller votre système lacrymal.

Une série immanquable

Si le pitch de la série vous a d’ores et déjà séduit, le casting devrait également vous plaire. 

Car on retrouve à l’écran Cristin Milioti («  How I Met Your Mother »), Dev Patel, Anne Hathaway, Tina Fey, John Slattery (« Mad Men ») et John Gallagher Jr (« The Newsroom ») entre autres.

Vous l’aurez compris, « Modern Love » semble mélanger les ingrédients parfaits d’un feuilleton à ne manquer sous aucun prétexte.

Une sorte de « Love Actually », format série, que l’on dévore assidument. 

Une ode à l'amour.

 

« Modern Love », chronique culte du « New York Times », dessine les contours contemporains du désir, de la passion, du couple… addictif !

L'amour n'a jamais connu de loi, mais quelques invariants le structurent : s'accrocher aux mauvaises personnes, tomber amoureuse du premier venu, c'est chose commune. Depuis 2004, le « New York Times » accueille les paroles de lecteurs sur leurs rencontres inespérées et revigorantes ou sur leurs rendez-vous ratés. Très souvent drôles, émouvants, intéressants, subtils, les récits réunis dans « Modern Love », du nom de la chronique hebdomadaire qui abrite ces textes, ont déjà donné lieu à une série télé. Le livre dépasse la série en termes de qualité, car ces témoignages se suffisent à eux-mêmes ; inutile de les mettre en scène. Une jeune fille envoie « un vague sexto » à l'homme qu'elle fréquente depuis deux semaines et s'en mord les doigts. Il ne répond pas : « Peut-être que si je ne consultais pas mon téléphone pendant les cinq minutes qui suivaient, il me répondrait. Oui, c'était ça la solution. » Rien ne vient : « Après tout, on n'avait qu'une vie, alors pas question de gaspiller son temps avec des gens qui n'en valaient pas la peine. C'est à cet instant qu'il m'a répondu. »

Illusions amoureuses et échecs sentimentaux

Un homme se souvient de la dureté avec laquelle il congédia un amant ; il n'est pas fier de lui mais ainsi va la vie. Une femme regrette de croire aux discours flatteurs de ceux qui, la nuit passée, disparaissent dans la nature : « Ils disent qu'ils adoreraient me revoir, et se demandent pourquoi le lendemain me vient l'idée saugrenue qu'ils veulent me revoir ! » On appelle cela « se faire ghoster ». De cette lecture, peut-on déduire que les femmes sont davantage victimes de l'illusion amoureuse que les hommes ? Non, mais elles dévoilent sans doute davantage leurs échecs sentimentaux. Aucun secret ne se dégage de ces histoires pour éviter les pièges et les déceptions. Hemingway n'affirmait-il pas que la meilleure façon de savoir si vous pouvez faire confiance à quelqu'un était d'essayer ? 

« MODERN LOVE », sous la direction de Daniel Jones, traduit de l'anglais par Carine Chichereau et David Fauquemberg (Phébus, 296 p.).

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article