Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.500 articles.

Les Dames de la côte de Nina Companeez de nouveau sur France 3...

Feuilleton diffusé sur Antenne 2 - l’ancêtre de France 2 -, en 1979, Les Dames de la côte a révélé de nombreux talents. Cette fiction imaginée par Nina Companeez raconte les aventures de familles bourgeoises et de leurs domestiques au début du XXe siècle, dans une période sociale et historique tumultueuse.

 

Une intrigue moderne

La série raconte les péripéties de trois familles, dont les destins s’entrecroisent : les Decourt (demeurant au domaine de Feuilleforte), les Hérart (demeurant au domaine de La Touroude) et les Vilatte (demeurant au domaine du Rouloir). Cette œuvre en costumes d’époque a comme thème central la place des femmes dans la société. Un sujet cher à la créatrice Nina Companeez, décédée en 2015 à l’âge de 77 ans, qui réalisa les 5 épisodes de 1h40. Elle signa également pour le service public La Grande cabriole (1989), L'Allée du Roi (en 1995) et l'adaptation d'À la Recherche du temps perdu de Marcel Proust (en 2011).

« Les Dames de la côte, c’était nouveau, s’enthousiasmait de son côté la productrice Mag Bodard en 1985 dans une émission de FR3 consacrée aux producteurs. Un grand feuilleton romanesque, une saga, des histoires qui s’entrecroisent… avec un fond dramatique. Toutes ces choses qui font les grands feuilletons. Je trouve que c’était absolument merveilleux et je l’ai fait avec le cœur battant. »

Les Dames de la côte révélateur de talents 

Dans cette série, Nina Companeez a su réunir un casting de qualité. Autour de Michel Aumont, Edwige Feuillère et Denise Grey, naviguent alors quelques jeunes actrices et acteurs, promis à un brillant avenir : Francis Huster, âgé de 32 ans, trouve là l'un de ses premiers grands rôles à la télévision. Tout comme Hélène Vincent ou Françoise Fabian, mais surtout la toute jeune Fanny Ardant, qui débute alors sa carrière. C'est dans ce feuilleton que son talent va éclater au grand jour, jusqu'à attirer l'attention d'un certain François Truffaut. Le cinéaste cherche, à ce moment-là, une nouvelle muse. Il va l’engager pour tenir le premier rôle de La Femme d'à côté (1981) et de Vivement dimanche ! (1982)...

Une réalisatrice passionnée

Nina Companeez aimait se placer derrière une caméra pour raconter de grandes sagas, le plus généralement historiques. « J’ai toujours eu la passion de la télévision, expliquait la réalisatrice sur le plateau du 20 heures de France 2 en 1996. Je suis rentrée dans le monde de la télévision avec Claude Barma. C’est lui qui m’a proposé d’en faire. J’ai fait Les Dames de la côte et ça m’a rendue très heureuse. Je ne sais pas pourquoi, je trouve que je m’exprime mieux à la télévision. Je trouve extraordinaire d’aller partout comme ça… d’aller dans toutes les maisons chez des gens qui ne vont peut-être jamais au théâtre ou jamais au cinéma. C’est un art vraiment démocratique. »

 

Eté 1912. Blanche a 18 ans et vient d’entrer au service de Clara Decourt, la maîtresse du vaste domaine de Feuilleforte. La famille se réunit pour des parties de campagne ; les jeunes cousins se retrouvent. Fanny a 17 ans et attend impatiemment d’aller à Paris faire son entrée dans le monde…

 

Distribution brillante, décors somptueux, robes bruissantes, bonnes manières, marivaudages élégants ou malicieux sous une lumière radieuse : pas une ombre ne vient troubler cette histoire pleine de charme où les jeunes filles rêvent et les vieilles dames se souviennent. On ne saurait s’attendre à une analyse cruelle des caractères ou à des situations sordidement réalistes : ce serait tout à fait incongru. Bientôt ce sera la guerre, le sang, le deuil ; mais ce joli monde, puissamment égoïste et résolument clos sur son adorable légèreté, n’en sortira pas trop déchiré et sali.

Bref, voilà un divertissement très plaisant, admirablement photographié et interprété, paré d’un humour léger. Cette friandise ne vous laissera que de jolis souvenirs, comme le ferait un bal masqué.

 

Anne-Marie Paquotte

 

 

Au sommaire

Au début du XXe siècle, dans un grand domaine de la côte normande, des passions amoureuses juvéniles viennent perturber la quiétude de l'été.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article