Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.500 articles.

Anatomie d'un mariage de Virginia Reeves paru le 2 juin 2021 chez Stock...

« Je l'ai perdu en tant que mari et amant, mais, aujourd'hui, c'est l'idée même d'Ed que je risque de perdre. Or nous bâtissons nos vies sur des idées. » « Anatomie d'un mariage » raconte cela. Comment ce qui compte, plus que les mensonges et les ruptures, c'est l'idée qu'on se fait de l'amour.
Olivia de Lamberterie.

J'ai découvert ce livre...

Grâce à Olivia de Lamberterie...

Dans le Télématin du mardi 1er juin.

..................................

"Pour fêter nos retrouvailles, votre retour, Laurent, le plus beau roman américain que j'ai lu depuis longtemps... Il s'appelle "Anatomie d'un mariage" de Virginia Reeves. Il est publié chez Stock et il est très très très bien traduit par Carine Chichereau. Ce qui est essentiel pour les traductions...

Alors, c'est une histoire d'amour absolument sublime.

Déchirante, d'abord. J'y ai laissé quelques larmes.

Très très fine, parce que c'est un livre sur une histoire d'amour mais aussi sur l'idée qu'on se fait de l'amour.

Et, parfois, cette idée elle est presque plus importante que la réalité, que les ruptures, que les déchirements...

Si cette idée que vous avez de l'amour et de l'homme que vous aimez, s'effondre, et bien, alors, tout s'effondre.

Et, troisième chose, c'est vraiment une histoire très originale, je trouve..

On est dans le Montana des années 70, un jeune couple s'installe.

Lui, il a convaincu son épouse de l'accompagner, il est médecin, il est beau, il est humaniste, il prend la direction d'un hôpital psychiatrique.

C'est vraiment un homme très engagé qui a décidé de mettre toute son énergie.... Ce sont beaucoup de patients qui sont retardés mentaux mais qui sont mis là à errer dans les couloirs, et lui, il a décidé de mettre toute son énergie pour les sortir de là, les remettre dans leur famille et leur faire retrouver une vie décente.

Le problème c'est : est-ce que les héros font de bons maris ???

Et pour Laura, et bien pas forcément, parce que Laura, elle a un mari qui est très occupé, qui rentre très tard, alors, il pense que des fleurs et du champagne, ça va sauver son couple, malheureusement, c'est pas tout à fait vrai.

Elle, elle est peintre, mais elle est tellement dans le regret de sa vie passée... dans l'abandon et dans la jalousie que, évidemment, elle ne crée pas.

Pourquoi la jalousie ?

Parce que dans ce couple, ils sont presque trois et que trois dans un couple... Et bien ça ne marche pas !

Pourquoi ?

Parce que dans l'hôpital, il y a une jeune fille, épileptique, très très intelligente, toute jeune, qui a été mise là de force par ses parents, et notre docteur, il s'occupe beaucoup d'elle, et avec raison... Sans doute parce que c'est l'une des seules patientes qu'il peut sauver...

Si j'ajoute que cette jeune fille est sublime et que, sans doute, elle est amoureuse de son médecin, et bien, évidemment, cela fait un problème...

Le livre, il raconte comment cet homme lutte pour ne pas céder à cette histoire, qui ruinerait évidemment son mariage, mais qui ruinerait d'ailleurs aussi sa profession.

Déjà, avec tout ça, vous avez de quoi faire un cocktail très fin et très explosif...

Mais, au milieu du livre, vous avez un retournement spectaculaire qui fait que tous les rôles se renversent... Que ceux qui étaient forts deviennent faibles, et...

... Je ne vous en dirai pas plus.

Ce livre, il est passionnant parce que Virginia Reeves, elle fait quelque chose de très intelligent, elle fait circuler la parole. L'histoire, elle est tantôt racontée du point de vue d'elle, tantôt racontée du point de vue de lui, ce qui fait qu'il n'y a pas de bons, il n'y a pas de méchants, il n'y a pas une seule vérité unique, mais il y a une interrogation sur ce qui fait : "qu'est-ce qui fait que les gens s'aiment comme ça fortement, alors même que même la vie est devenue parfois impossible."

C'est sublime !

Vous courrez chez votre libraire...

Je crois qu'il sort demain, mais peut-être que les bons libraires l'ont peut-être aujourd'hui...

ça s'appelle "anatomie d'un mariage"...

Et, c'est chez Stock."

« Anatomie d'un mariage », un roman déchirant de beauté

 

Dans « Anatomie d'un mariage », Virginia Reeves ausculte les liens indéfectibles de l'amour. Un roman déchirant de beauté. 

Quand le lecteur découvre Ed et Laura en ce printemps 1971, leur mariage est déjà vacillant. Et c'est la grande force de ce fulgurant roman américain que de peindre la puissance de l'amour au travers de l'impossibilité de deux êtres à vivre ensemble. Le docteur Edmund Malinowski a convaincu son épouse de déménager dans le Montana. Nommé à la direction d'un hôpital psychiatrique, où les crédits, le personnel, les traitements manquent, ce géant au physique de héros et à l'humanité bigger than life s'acharne à sauver des patients retardés. Mais comment ce spécialiste du comportement ne sent-il pas qu'il abandonne sa femme ? Que, faute d'attention, de temps, d'un regard, cette artiste n'occupe pas sa solitude à peindre mais à s'éteindre. « Dis-moi que j'existe bel et bien ? » l'implore-t-elle. Aveuglé par son attirance pour une patiente de 17 ans et mettant toute son énergie à la repousser – céder serait courir à sa perte, conjugale et professionnelle –, Ed ne voit pas que son épouse est enceinte. Que peuvent le champagne et ses fleurs contre la colère de Laura ? Virginia Reeves décrit avec finesse l'ambivalence des sentiments : la culpabilité de Laura à se laisser dévaster par la jalousie envers une malheureuse adolescente épileptique, son déchirement entre son admiration pour le médecin brillant et sa déception de vivre avec ce mari terrible. Elle n'est que sensibilité, il est vorace. Mais quelle est la finalité de l'existence : la tranquillité ou l'intensité ? La romancière donne successivement la parole à Ed, à Laura et à une narratrice omnisciente, manière de prouver qu'il n'y a pas une vérité unique dans ce divorce. Puis, par un incident dramatique qu'il serait coupable de dévoiler, elle redistribue encore les cartes ; dans une seconde partie à pleurer des rivières, Ed se retrouve en morceaux. Et Laura est là, de nouveau près de lui. « Je l'ai perdu en tant que mari et amant, mais, aujourd'hui, c'est l'idée même d'Ed que je risque de perdre. Or nous bâtissons nos vies sur des idées. » « Anatomie d'un mariage » raconte cela. Comment ce qui compte, plus que les mensonges et les ruptures, c'est l'idée qu'on se fait de l'amour.   

Dans le Montana des années 1970, Virginia Reeves décrit la désagrégation d'un couple et la chute d'un psychiatre ambitieux.

Anatomie d'un mariage (The Behaviour of Love en VO), le deuxième roman de Virginia Reeves après le remarqué Un travail comme un autre suit pendant dix ans, de 1971 à 1981, l'évolution d'un couple de trentenaires installés à Boulder (Montana) où le mari médecin Edmund Malinowski, promu directeur de l'établissement psychiatrique de la ville, a convaincu non sans mal sa femme Laura de le suivre. Dans ce paysage du Montana que l'épouse, artiste peintre, juge « trop grand, trop majestueux, trop sauvage, trop désert », la menace prend le visage de Penelope, une adolescente de 16 ans, internée pour des crises d'épilepsie. Le docteur Ed consacre à cette jeune fille brillante des séances de thérapie individuelle qui débordent du cadre de ses attributions. Ambitieux et charismatique, le psychiatre qui croit à la possibilité de réinsertion des malades se démène pour imposer de nouvelles méthodes de soin et transformer cette institution sans moyens. Il propose à sa jeune patiente d'animer un club de lecture, tandis que sa femme, qui travaille en cachette comme vendeuse dans un magasin de vêtements, s'investit dans un atelier d'art, moins pour soutenir son mari dans sa démarche thérapeutique que pour avoir un œil sur lui. Le point de vue subjectif de Laura, plus clairvoyante que son pourtant « psychologue comportementaliste » de mari, alterne avec un récit à distance où l'on voit cet homme, habitué à imposer ses décisions, s'absorber dans sa mission, ignorant les alertes, plus attentif à son travail qu'à son mariage, au point de ne pas se rendre compte pendant plusieurs semaines de la grossesse de sa femme. Que cette histoire finisse mal, on le pressent dès le début. La chute sera plus inattendue.

Crise conjugale, brèves et intenses crises de « petit mal » qui terrassent sans explication Penelope, crise d'identité..., Virginia Reeves décortique finement l'implacable processus, les mensonges, l'aveuglement qui vire à l'impuissance. Subtilement, la romancière observe non seulement la dislocation, la manière dont parfois l'ambiguïté des intentions, autant que le passage à l'acte, suffit à enclencher des mécanismes irréversibles. Mais aussi la recomposition des sentiments et combien l'amour a un comportement imprévisible.

Virginia Reeves
Anatomie d'un mariage Traduit de l'anglais (États-Unis) par Carine Chichereau
Stock
Tirage: 9 000 ex.
Prix: 22,90 € ; 432 p.
ISBN: 9782234088245
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article