Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

“Je m'intéresse à tout, je n'y peux rien.” Paul Valéry. Poussez la porte de la boutique : plus de 1.600 articles.

Saint Laurent (Arte) : pourquoi le film de Bertrand Bonello avec Gaspard Ulliel a fait polémique ?

Diffusé ce mardi 15 novembre 2022 sur Arte à 20h55 (et encore visible sur leur site), le film Saint Laurentde Bertrand Bonello, fut au cœur d'une polémique en 2014. Un film qui provoqua la colère de Pierre Bergé, un des protagonistes du film.

En 2014, la vie et l'œuvre du couturier Yves Saint Laurent (à qui France 2 a consacré un documentaire en 2017) intéressait non pas un mais deux réalisateurs… Le premier à sortir en salles, Yves Saint Laurent, est l'œuvre de Jalil Lespertcompagnon de Læticia Hallyday, avec Pierre Niney (qui vient de tourner dans Mascarade de son ami Nicolas Bedos) incarnant le couturier star. Guillaume Gallienne (qui a avoué avoir souffert d'homophobie) y campe le compagnon de Saint Laurent, l'homme d'affaires Pierre Bergé, décédé en 2017. Ce dernier a d'ailleurs supervisé l'ensemble du film en l'officialisant et en donnant accès au réalisateur à la totalité des 35.000 dessins, 5.000 robes et 15.000 accessoires conservés par la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent. Un biopic sous haute surveillance donc, et donnant le beau rôle à Pierre Bergé, présenté comme le protecteur indispensable du couturier de génie.

Le film qui fâche

Quelques mois plus tard, un second biopic sort en salles et raconte la même histoire. Saint Laurent, de Bertrand Bonello (qui a failli envoyer son film aux Oscars), est diffusé ce mardi 15 novembre au soir sur Arte à 20h55 (et peut-être revisionner sur leur site).

Le couturier est incarné par Gaspard Ulliel, décédé le 19 janvier 2022 (et dont l'ex-femme a partagé récemment un cliché de leur fils). Mais, à la différence de Jalil Lespert, il n'était pas question pour Bonello d'édulcorer l'histoire d'Yves Saint Laurent. Il axe même son film sur la dizaine d'années la plus sombre du couturier, de 1967 à 1976 exactement. Dans une interview, Bertrand Bonello précise : "Nous n'étions pas intéressés à montrer comment Yves Saint Laurent est devenu un génie. Nous voulions montrer ce que cela lui a coûté chaque jour d'être qui il était, et c'est pourquoi, au début du film, il est déjà une star." Une star oui, mais une star en plein doute amoureux : il trompe allègrement Pierre Bergé avec le beau Jacques de Bascher (Louis Garrel, revenu sur sa rencontre avec Vincent Cassel). Il s'adonne à toutes sortes d'excès (drogue, alcool, sexe…) et supporte de moins en moins la pression de Pierre Bergé, qui agit dans l'ombre pour ses propres intérêts... Autant dire que ce dernier n'a pas du tout apprécié l'angle du réalisateur et a pesé de tout son poids médiatique pour tenter de faire interdire le film.

Extraordinaire Gaspard Ulliel

Par exemple, il aurait interdit les proches de Saint Laurent d'aider Bonello en lui prêtant des vêtements ou en témoignant sur une anecdote, voire sur un moment. Evidemment, Pierre Bergé a refusé à Bertrand Bonello tout accès aux collections d'Yves Saint Laurent. Le réalisateur a dû recréer chaque pièce de vêtement que l'on voit dans le film. Mais la colère et les menaces de Pierre Bergé n'entachèrent en rien la formidable interprétation de Gaspard Ulliel. L'un de ses meilleurs rôles, même si c'est Pierre Niney qui raflera le César du meilleur acteur en 2015 pour le film de Jalil Lespert... Peu importe, Gaspard Ulliel campe un Saint Laurent plus vrai que nature en n'hésitant pas à écorcher l'image du couturier, comme il le précisait dans le ELLE au moment de la sortie du film : "Gentil ? Non je ne crois qu'Yves Saint Laurent était gentil, il avait des principes qui lui appartenait et qui sont sans lien avec les codes sociaux. En tous cas je l'imagine trop capricieux pour faire preuve d'attention aux autres". De quoi énerver encore un peu plus Pierre Bergé !

 

Lire l'article original ici.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article