Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

“Je m'intéresse à tout, je n'y peux rien.” Paul Valéry. Poussez la porte de la boutique : plus de 1.600 articles.

François Forestier retrace "Le dernier jour" de JFK...

Journaliste au Nouvel Observateur, François Forestier est invité du Soir 3 à l'occasion de la sortie chez Albin Michel «JFK, Le dernier jour » dans lequel il revient sur l’assassinat de J. F. Kennedy, le 22 novembre 1963 à Dallas. Sans chercher à défendre une thèse, il suit, heure par heure, tous les protagonistes de cette journée particulière qui a profondément marqué l’histoire du XXe siècle.

 

« Le dernier jour » n’est ni un roman ni une enquête mais plutôt un document qui suit le plus fidèlement possible une réalité qui fut suffisamment riche en anecdotes et portraits croustillants pour ne pas avoir à y injecter de la fiction.  Que ce soit JFK ou sa femme Jackie, son frère et ministre de la justice Robert Kennedy, sa mère Rose, mais aussi le vice-président Lyndon Johnson, Edgar Hoover (directeur du FBI), Richard Nixon, Fidel Castro, les mafieux Carlos Marcello et Santo Trafficante, le chauffeur du président, le chirurgien qui tenta de sauver le 35è président des Etats-Unis et bien sûr Lee Harvey Oswald et Jack Ruby…tous ces personnages hauts en couleurs revivent sous la plume de François Forestier qui construit son livre à la matière d’un scénario haletant. 

Rien d’étonnant à cela car notre homme est un grand passionné de cinéma qu’il découvrit grâce à la Cinémathèque Française. D’abord rédacteur au « Film Français » puis critique de cinéma pendant vingt ans à « L’Express », il entra en 1993 au « Nouvel Observateur » où sa plume et son humour font le régal des lecteurs. François Forestier a également signé des romans (Blue Moon, Rue des Rats), et des biographies très bien documentées (Howard Hughes, Onassis, Martin Luther King). En 2008, il a consacré un livre à « Marilyn et JFK » (Albin Michel) qui fut l’un des best-sellers de l’année. Mais François Forestier sait aussi partager sa plume puisqu’il est nègre. Il écrit chaque année une dizaine de livres pour d’autres, « des gangsters, des avocats, des cuisiniers, des drogués, des obsédés, des crapules et des saints » comme il le dit lui-même. Il a dit-il « l’amour des monstres ». «  J'adore les crapules, les affreux, les inhumains. De Howard Hughes à JFK, j'en ai décrit quelques-uns, qui, je crois, sont très représentatifs de ce que nous sommes : des monstres, en effet. C'est aussi ce qui nous rend humains, bien plus que le rire ». 

.................................

Dallas, le 22 novembre 1963.
John Fitzgerald Kennedy est abattu à 12h30, devant des millions de téléspectateurs.
Le polar du siècle vient de commencer, avec ses politiciens douteux, ses truands cyniques, ses flics fiévreux, ses millionnaires pleins de haine, ses crapules d'extrême-droite, ses gardes du corps inertes, ses voyous des bas-fonds, ses faux coupables, ses fous et ses justes. De l'arrivée à Dallas à l'enterrement de JFK à Washington, on assiste minute après minute à cette mort annoncée.
Ce livre n'est pas une enquête sur un complot. Ni un roman. Ni une fresque littéraire sur un drame resté dans l'Histoire.
C'est tout cela à la fois.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article