Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.500 articles.

Un été 42. Le livre de Herman Raucher...

Hermie était douloureusement à cheval sur le fil de fer barbelé qui sépare l'enfance de l'âge adulte.

Tout cela a commencé par la 48e édition du Festival Américain de Deauville...

Le 2 septembre dernier..

Et, pour son ouverture, le pianiste Alexandre Tharaud interprétant des musiques de film...

Dont le célèbre "Un été 42" de Michel Legrand...

Envoutement des notes qui se succèdent comme des gouttes de pluie d'une fin d'été sur la terre brûlé des champs de blé de Beauce...

Désir de relire illico les paroles : 

"C'était l'été '42 On hésitait Encore un peu Entre l'amour et l'amitié Et puis un jour tout simplement Tu t'es offerte
C'était l'été '42 J'avais quinze ans Tu étais belle Autour de nous c'était la guerre Et moi dans tes bras Je criais "je t'aime!" Dans mes bras Tu pleurais "je t'aime!" On avait peur On était heureux
C'était l'été '42 J'avais quinze ans Tu étais belle C'était l'été De mon premier amour
C'était l'été '42 J'avais quinze ans Tu étais belle C'était l'été De mon premier amour".

Désir de revoir le film illico :

Et de lire enfin le livre...

Un vrai petit chef-d'oeuvre en 347 pages.

Un roman d'initiation.

Celle d'Hermie.

Qui, adolescent en vacances d'été sur Packett Island...

Va découvrir le grand amour.

C'était pourtant assez mal parti....

Avec ses deux potes, Oscie et Benjie :

"Hermie avait quinze ans, des cheveux indisciplinés couleur de sable et deux dents qui se chevauchaient carrément en plein milieu de la mâchoire."

Hermie glande et s'ennuie ferme.

Hermie est un adolescent tourmenté :

"Hermie était un spécialiste de l'inquiétude et de la souffrance. Jamais personne n'avait su souffrir et s'inquiéter comme lui. C'en était presque beau."

On est à l'été 1942.

L'Amérique en guerre a rappelé sa jeunesse pour combattre.

On est à l'été 42...

Les trois adolescents sont mal à l'aise dans leurs corps qui changent et les intriguent.

On est à l'été 42...

Tout contribue à cela.

Leur oisiveté, la chaleur du soleil, les rires énervés des jeunes filles.

"Un soleil du feu de Dieu resplendissait haut dans le ciel, chaud comme il se doit pour un mois de juillet. Les vagues venaient doucement lécher les corps étendus du Trio infernal, immergés à demi comme autant de baleineaux échoués."

Sur la plage...

Elles sont là, les filles sont là, dénudées, à portée de mains.

Mais que faire pour les séduire ???

Le livre de sexologie volé au parents de Benjie va-t-il enfin révéler le grand secret dans ses pages ???

On en est là...

Quand subitement Hermie l'aperçoit, elle :

"Quand Hermie vit la femme émerger de l'ombre et enrouler ses jolies bras autour de l'homme, son coeur se débattit dans sa cage thoracique comme un moineau pris au piège. Elle était mince mais bien faite, et avait des cheveux sombres qui cascadaient joliment sur ses épaules. Chacun de ses mouvements était timide et sensuel."

Car homme il y a...

Qui, comme des milliers de jeunes américains cet été-là, va devoir reprendre le bac pour rejoindre son unité de combat.

La jeune femme est désormais bien seulette dans sa maison isolée en bord de mer.

Et, elle aussi, elle aime à se dorer au soleil.

"Elle était là. Silhouette gracile qui marchait ers l'océan. La femme. Elle s'avança jusqu'à choisir un emplacement dont elle revendiqua la possession pour l'éternité en y étendant sa serviette. Cette dernière flotta un moment dans la brise, bannière de l'amour, sémaphore de la passion."

Hermie rentre illico en transe.

"Des larmes montèrent aux yeux de Hermie. Il avait du mal à comprendre pourquoi. Le simple fait de la regarder le faisait pleurer. Qu'est-ce que ça pouvait bien vouloir dire ?  Pourquoi pleurait-on en contemplant la beauté ? Quelle émotion profondément enfouie le spectacle de sa splendeur avait-il suffi à mettre au jour ?"

A partir de ce moment précis...

Hermie ne va avoir de cesse que de la revoir.

Et il la reverra.

C'est un petit roman plein d'humour.

La scène du flirt au cinéma où Hermie, le prenant pour son sein,  tripote pendant deux heures le bras nu d'Aggie...

La scène de l'achat de préservatifs au drugstore de Monsieur Sanders est un grand moment d'anthologie.

Il y a de l'humour, de la tendresse, de la passion dans ce roman-là.

De la nostalgie aussi.

Celle de leurs, de nos 15 ans.

A découvrir d'urgence en cette rentrée de médiocrités littéraires.

 

Liliane Langellier

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article