Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.400 articles.

The Strange Death of Marilyn Monroe. Frank A. Capell. 1969.

Frank A. Capell a été le tout premier auteur, en 1969, à oser publier un livre sur la théorie du complot et la participation de Bobby Kennedy à la mort de Marilyn Monroe.

Pour lui, c'est un complot communiste où est largement "involved" Robert Kennedy.

Vous pouvez lire cet opuscule de 79 pages en dossier attaché ci-dessous.

Extraits choisis :

Suppose, for example, a married man were involved, that he had promised to marry her but was not sincere. Suppose she had threatened to expose their relationship.

Robert Kennedy was using the Attorney Generalship to perpetuate the Kennedy Klan's hold on the government rather than the pursuit of justice

In this case the admitted Communist assassin of President Kennedy was protected by the Attorney General.

Supposons, par exemple, qu'un homme marié soit impliqué, qu'il ait promis de l'épouser mais qu'il ne soit pas sincère. Supposons qu'elle ait menacé d'exposer leur relation.

Robert Kennedy utilisait le poste de procureur général pour perpétuer l'emprise du Kennedy Klan sur le gouvernement plutôt que la poursuite de la justice

Dans ce cas, l'assassin communiste reconnu du président Kennedy était protégé par le procureur général.

If this is the kind of ‘‘justice” we can expect from the Department of Justice with Bobby Kennedy at the helm, we suggest the name be changed to the Department of Injustice. What happen¬ed to Hoffa at the Chattanooga trial could happen to anyone provided Bobby Kennedy decides to “get” them. Affidavits have been made that the jury in the Hoffa trial was supplied with large quantities of liquor, was given gifts and even provided with call girls, all paid for by the Department of Justice with taxpayers’ funds. And this at a trial where the defendant was accused of “tampering with a jury.” It would seem to make a difference as to who does the tam¬ pering. Such are Bobby Kennedy’s methods of “justice.”

Si c'est le genre de « justice » que nous pouvons attendre du ministère de la Justice avec Bobby Kennedy à la barre, nous suggérons que le nom soit changé en ministère de l'Injustice. Ce qui est arrivé à Hoffa lors du procès de Chattanooga pourrait arriver à n'importe qui à condition que Bobby Kennedy décide de les "attraper". Des affidavits ont été établis selon lesquels le jury du procès Hoffa a reçu de grandes quantités d'alcool, a reçu des cadeaux et même des call-girls, le tout payé par le ministère de la Justice avec les fonds des contribuables. Et cela lors d'un procès où l'accusé a été accusé de "falsification d'un jury". Il semblerait que cela fasse une différence quant à qui fait la falsification. Telles sont les méthodes de « justice » de Bobby Kennedy.

Most V.I.P.’s do their partying and carrying on in strict privacy in private homes, private clubs and hotel suites. Those in¬ volved, if they know what is good for them, do not talk and this is especially true with the sacred name of Kennedy. Was Marilyn about to do some talking? Did she think her involvement was more serious, expecting perhaps a divorce and marriage to her ?

What the public was supposed to believe when Marilyn Mon¬ roe died was that she was despondent, having lost her job and being in financial straits, and a bit unbalanced, having been under the care of a psychiatrist, and therefore took an overdose of sleeping pills and that her death occurred later than it really did. What the facts show is that Marilyn was not despondent, was well off financially, was going back to work on the picture from which she was dropped and had other attractive offers as well. She had no reason to do away with herself deliberately and was not under the influence of alcohol which might have caused her to do it accidentally. Whose statements after the death did not ring true or were contradictory? The psychiatrist said he visited Marilyn at 5:15 on Saturday afternoon to put her to sleep. Pat Newcomb said she was with Marilyn until 6:30 on that same afternoon and they were sun¬ bathing and looking over film scripts. Mrs. Murray was quoted in one report as having called Dr. Greenson first and in another as having called Dr. Engelberg first. She was quoted as saying she was alarmed to find Marilyn’s door locked when Marilyn always kept her door locked. Peter Lawford said he called Marilyn to invite her to a dinner party which never happened and ended up with one odd guest in his home. Seven o’clock the same evening is not the usual time to invite a guest to a dinner party. The Coroner stated for publication that the toxicologist found a lethal dose of Nembutal and an equally lethal dose of Chloral Hydrate in Marilyn’s body but the toxicologist’s report did not confirm this. The doctors who went to Marilyn’s home after her death stated they delayed calling the police because they were “talking.” Whose actions were strange? Mrs. Murray who obtained her job with Marilyn through Dr. Greenson although this was not her profession disappeared for a couple of days after the death and could not be located by newsmen for interviews. She later came into a bit of money and took an extended European vacation thereby making herself unavailable for questioning. Pat Newcomb was whisked to Hyannisport and thence to Europe, also for an extended vacation and also making herself unavailable for questioning. Upon her return she was placed on the government payroll. The action of Marilyn’s psychiatrist and doctor before her death were strange, with one prescribing drugs when the other was supposedly trying to get her off the use of them. Dr. Engelberg’s action was strange when he gave the time of death as 3:40 A.M. although it had obviously occurred much earlier since, according to the police report, rigor mortis had set in.

La plupart des V.I.P. font la fête et continuent dans la plus stricte intimité dans des maisons privées, des clubs privés et des suites d'hôtel. Les intéressés, s'ils savent ce qui est bon pour eux, n'en parlent pas et c'est surtout vrai avec le nom sacré de Kennedy. Marilyn était-elle sur le point de parler ? Pensait-elle que son implication était plus sérieuse, s'attendant peut-être à un divorce et à un mariage ?

Ce que le public était censé croire à la mort de Marilyn Monroe, c'est qu'elle était découragée, ayant perdu son emploi et étant en difficulté financière, et un peu déséquilibrée, ayant été prise en charge par un psychiatre, et donc prise d'une surdose de somnifères. pilules et que sa mort est survenue plus tard qu'en réalité. Ce que les faits montrent, c'est que Marilyn n'était pas découragée, qu'elle était aisée financièrement, qu'elle retournait travailler sur le film dont elle avait été écartée et qu'elle avait également d'autres offres intéressantes. Elle n'avait aucune raison de se supprimer délibérément et n'était pas sous l'influence de l'alcool qui aurait pu l'amener à le faire accidentellement. Quelles déclarations après la mort sonnaient faux ou étaient contradictoires ? Le psychiatre a dit qu'il avait rendu visite à Marilyn à 17 h 15 samedi après-midi pour l'endormir. Pat Newcomb a dit qu'elle était avec Marilyn jusqu'à 6 h 30 ce même après-midi et qu'elles prenaient un bain de soleil et regardaient des scénarios de films. Mme Murray a été citée dans un rapport comme ayant appelé le Dr Greenson en premier et dans un autre comme ayant appelé le Dr Engelberg en premier. Elle a été citée comme disant qu'elle était alarmée de trouver la porte de Marilyn verrouillée alors que Marilyn gardait toujours sa porte verrouillée. Peter Lawford a dit qu'il avait appelé Marilyn pour l'inviter à un dîner qui n'a jamais eu lieu et s'est retrouvé avec un étrange invité chez lui. Sept heures le même soir n'est pas l'heure habituelle pour inviter un invité à un dîner. Le coroner a déclaré pour publication que le toxicologue avait trouvé une dose mortelle de Nembutal et une dose tout aussi mortelle d'hydrate de chloral dans le corps de Marilyn, mais le rapport du toxicologue ne l'a pas confirmé. Les médecins qui se sont rendus au domicile de Marilyn après sa mort ont déclaré avoir tardé à appeler la police parce qu'ils «parlaient». Quelles actions étaient étranges ? Mme Murray, qui a obtenu son emploi chez Marilyn par l'intermédiaire du Dr Greenson, bien que ce ne soit pas sa profession, a disparu pendant quelques jours après le décès et n'a pas pu être localisée par les journalistes pour des interviews. Plus tard, elle a gagné un peu d'argent et a pris de longues vacances en Europe, se rendant ainsi indisponible pour un interrogatoire. Pat Newcomb a été emmenée à Hyannisport et de là en Europe, également pour des vacances prolongées et se rendant également indisponible pour un interrogatoire. À son retour, elle a été placée sur la liste de paie du gouvernement. L'action du psychiatre et du médecin de Marilyn avant sa mort était étrange, l'un prescrivant des médicaments alors que l'autre essayait soi-disant de l'empêcher de les utiliser. L'action du Dr Engelberg était étrange quand il a donné l'heure du décès à 3h40 du matin. même si elle s'était manifestement produite beaucoup plus tôt puisque, selon le rapport de police, la rigidité cadavérique s'était installée.

There seems to have been a great deal of lock-changing and lock-breaking and lock-repairing going on. According to the witnesses questioned after Marilyn’s death, no locks were broken. Her bed¬ room door was locked so entrance was gained to her room by going outside, breaking a pane of glass in a French window and reaching in to turn the handle to open the door. But the A-1 Lock and Safe Company, through Mr. Halovaty of 3114 Wilshire Boulevard, Santa Monica filed a bill with the estate for payment for repairs they made to locks which were broken after the death of Marilyn Monroe. Supposedly there would be no need to break any locks since the housekeeper was present to open doors for anyone desiring her to do so. Were the locks broken by the three persons who reportedly entered her home on the evening of August 4th? Were they search¬ ing for certain incriminating documents? These men, one of whom is reported to be a lawyer, supposedly turned over Marilyn’s body to make sure she was dead which would account for the lividity noted on her body. Setting the time of Marilyn’s death at a much later hour than that at which it actually occurred would cover up the activities of these men.

Il semble y avoir eu beaucoup de changements de serrures, de ruptures de serrures et de réparations de serrures. Selon les témoins interrogés après la mort de Marilyn, aucune serrure n'a été brisée. La porte de sa chambre était fermée à clé et l'on pouvait entrer dans sa chambre en sortant, en brisant une vitre d'une porte-fenêtre et en tournant la poignée pour ouvrir la porte. Mais la A-1 Lock and Safe Company, par l'intermédiaire de M. Halovaty du 3114 Wilshire Boulevard, Santa Monica, a déposé une facture auprès de la succession pour le paiement des réparations qu'elle a effectuées sur les serrures qui ont été brisées après la mort de Marilyn Monroe. Soi-disant, il n'y aurait pas besoin de casser les serrures puisque la gouvernante était présente pour ouvrir les portes à quiconque le souhaitait. Les serrures ont-elles été brisées par les trois personnes qui seraient entrées chez elle le soir du 4 août ? Cherchaient-ils certains documents incriminants ? Ces hommes, dont l'un serait avocat, auraient retourné le corps de Marilyn pour s'assurer qu'elle était morte, ce qui expliquerait la lividité constatée sur son corps. Fixer l'heure de la mort de Marilyn à une heure beaucoup plus tardive que celle à laquelle elle s'est réellement produite couvrirait les activités de ces hommes.

It was at the home of the Peter Lawfords that Bobby Kennedy reportedly met Marilyn Monroe. The Lawfords have an attractive swimming pool and Marilyn had photographs taken there for publicity releases to various magazines. For these photographs Marilyn would have special make-up and hairdos and pay the photographer as much as $400.00. Bobby is reported to have interceded on Marilyn’s behalf with 20th Century Fox and their friendship grew and grew to the point where, according to Marilyn’s friends, she was led to believe his intentions were serious. There are person-to-person telephone calls, living witnesses, tape recordings and certain writing to attest to the closeness of their friendship.

Did the trouble begin when Marilyn realized that her V.I.P. had no intention of getting a divorce and marrying her? Did she insist he fulfill his promises to her or face her making public their relationship ? Neither of these alternatives would appeal to Mr. V.I.P. Since Marilyn could destroy him either by talking or with written evidence, did he decide to take drastic action ?

C'est au domicile de Peter Lawford que Bobby Kennedy aurait rencontré Marilyn Monroe. Les Lawford ont une jolie piscine et Marilyn y fit prendre des photos pour des publications publicitaires dans divers magazines. Pour ces photographies, Marilyn avait un maquillage et une coiffure spéciaux et payait au photographe jusqu'à 400,00 $. Bobby aurait intercédé en faveur de Marilyn auprès de la 20th Century Fox et leur amitié a grandi et grandi au point où, selon les amis de Marilyn, elle a été amenée à croire que ses intentions étaient sérieuses. Il y a des appels téléphoniques de personne à personne, des témoins vivants, des enregistrements sur bande et certains écrits attestant de la proximité de leur amitié.

Les ennuis ont-ils commencé quand Marilyn s'est rendu compte que son V.I.P. n'avait pas l'intention de divorcer et de l'épouser ? A-t-elle insisté pour qu'il tienne ses promesses ou assume en rendant publique leur relation ? Aucune de ces alternatives ne plairait à M. V.I.P. Puisque Marilyn pouvait le détruire soit en parlant soit avec des preuves écrites, a-t-il décidé de prendre des mesures drastiques ?

The person who claims to be the last person to have seen Marilyn alive is Pat Newcomb. She stated she was with Marilyn from Friday evening, August 3rd, at dinner time until Saturday evening, August 4th, at 6:30 P.M. There is positive evidence that this story is untrue. What facts she could give are evidently im¬ portant enough for our VIP not to want them known. She was hustled off to Hyannisport after Marilyn's funeral, thence to Europe for six months, and then kept under our VIP's watchful eye in government service, first in the U.S. Information Agency and then in the Department of Justice itself. After going to California to help Pierre Salinger, Bobby's fellow carpetbagger, capture the nomination for U.S. Senate and raise funds for his campaign, Pat returned to Washington to be put on the payroll of the U. S. Department of Justice in a special unit on the Fifth Floor not too far from the office of the (now former) Attorney General.

La personne qui prétend être la dernière personne à avoir vu Marilyn vivante est Pat Newcomb. Elle déclara être avec Marilyn du vendredi soir 3 août à l'heure du dîner jusqu'au samedi soir 4 août à 18h30. Il existe des preuves incontournables que cette histoire est fausse. Les faits qu'elle pourrait révêler sont évidemment assez importants pour que notre VIP ne veuille pas qu'ils soient connus. Elle a été emmenée à Hyannisport après les funérailles de Marilyn, puis en Europe pendant six mois, puis gardée sous l'œil attentif de nos VIP au service du gouvernement, d'abord à l'agence d'information américaine, puis au ministère de la Justice lui-même. Après être allé en Californie pour aider Pierre Salinger, le candidat parachuté de Bobby, à remporter la nomination au Sénat américain et à collecter des fonds pour sa campagne, Pat est retourné à Washington pour être inscrit sur la liste de paie du ministère américain de la Justice dans une unité spéciale au cinquième étage. pas trop loin du bureau du (maintenant ancien) procureur général.

Neighbors told of having seen Bobby entering and leaving Marilyn's home. In fact, witnesses claim to have seen Bobby coming out of her home on the very date of her death. One informant stated Bobby stayed at the Beverly Hills Hotel on Friday evening, August 3rd, hnt did not sign the hotel register. Pat Newcomb would be in a position to know if Bobby was really in Marilyn's home at any time during the final hours of her life. Another individual with knowledge of Bobby's activities in Beverly Hills is Edwin O. Guthman who lives at 6700 Renita Lane, Bethesda, Maryland. He acted as Bobby's press agent and public relations man and held the title of Director of Public Information, Department of Justice. He too has stayed at the Beverly Hills Hotel and charged his hotel bills to the Negro group in Chicago called the National Insurance Association. Certain local police officers were assigned to security duty when Bobby visited California. A Santa Monica police officer who did security duty at the Peter Lawford's home because of Bobby's presence there reportedly observed Bobby and Marilyn at a party which he described as one of the wildest he had ever seen or even heard of. The Greensons are close friends of the Lawfords and are said to have knowledge of the parties held there.

Des voisins racontèrent avoir vu Bobby entrer et sortir de la maison de Marilyn. En effet, des témoins affirment avoir vu Bobby sortir de chez elle le jour même de sa mort. Un informateur a déclaré que Bobby avait séjourné à l'hôtel Beverly Hills le vendredi soir 3 août, mais qu'il n'avait pas signé le registre de l'hôtel. Pat Newcomb serait en mesure de savoir si Bobby était vraiment chez Marilyn à n'importe quel moment des dernières heures de sa vie. Une autre personne connaissant les activités de Bobby à Beverly Hills est Edwin O. Guthman qui vit au 6700 Renita Lane, Bethesda, Maryland. Il a agi en tant qu'attaché de presse et homme de relations publiques de Bobby et a occupé le titre de directeur de l'information publique, ministère de la Justice. Lui aussi a séjourné à l'hôtel Beverly Hills et a facturé ses factures d'hôtel au groupe de nègres de Chicago appelé National Insurance Association. Certains policiers locaux ont été affectés à des fonctions de sécurité lorsque Bobby s'est rendu en Californie. Un officier de police de Santa Monica qui effectuait des tâches de sécurité au domicile de Peter Lawford en raison de la présence de Bobby là-bas aurait observé Bobby et Marilyn lors d'une fête qu'il a décrite comme l'une des plus folles qu'il ait jamais vues ou même entendues. Les Greenson sont des amis proches des Lawford et auraient connaissance des fêtes qui s'y déroulaient.

Marilyn Monroe is dead, an unusually beautiful but childlike girl, who was used and misused by ambitious people. Murders which seem like suicides are a specialty of the Communists. Cover-ups and falsification of records are also their specialty. Such things can also be arranged by ex¬ tremely powerful and wealthy people with or without their help. There is ample evidence to justify the reopening of this case if a courageous public official will initiate a thorough investigation into the STRANGE DEATH OF MARILYN MONROE.

Marilyn Monroe est morte, une fille exceptionnellement belle mais tellement puérile, qui a été utilisée et abusée par des personnes ambitieuses. Les meurtres qui ressemblent à des suicides sont une spécialité des communistes. Les dissimulations et la falsification de dossiers sont aussi leur spécialité. De telles choses peuvent également être arrangées par des personnes extrêmement puissantes et riches avec ou sans leur aide. Il existe de nombreuses preuves pour justifier la réouverture de cette affaire si un fonctionnaire courageux lance une enquête approfondie sur la MORT ÉTRANGE DE MARILYN MONROE.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article