Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.400 articles.

Qui sont les francs-maçons du Panthéon ?

Qu’ont en commun Léon Gambetta, Jean Zay, Pierre Brossolette, Victor Schoelcher et Joséphine Baker ? Ils sont tous entrés au Panthéon, ce temple républicain et laïc affecté à la mémoire des valeurs exemplaires de l’unité nationale.

Ce n’est pas tout. Ils étaient tous francs-maçons. Parmi les 81 personnalités inhumées au Panthéon (hors panthéonisations collectives), 37 sont des francs-maçons. Tous sont des exemples de vertus politique, militaire, scientifique et de patriotisme.

Certains d’entre eux ne sont que des dignitaires du Premier Empire inhumés par décret impérial de Napoléon Ier, d’autres ont été panthéonisés par la Patrie reconnaissante (avec ou sans translation des cendres*), honorés au Panthéon mais leurs cendres reposent ailleurs, un a été inhumé sans panthéonisation et quelques autres ont été retirés du Panthéon.

(*Vocable funéraire pour désigner la dépouille du défunt crématisée ou non)

Les francs-maçons illustres du Panthéon

Le Panthéon compte 37 francs-maçons, parmi lesquels 17 panthéonisés -inhumés avec ou sans translation des cendres, 13 dignitaires de l’Empire– inhumés par décret impérial, 2 honorés au Panthéon mais leurs cendres reposent ailleurs (Gilbert du Montier, Marquis de La Fayette et Pierre-Simon de Laplace), 1 inhumé sans panthéonisation (Marc Schœlcher) et 4 retirés du Panthéon.

Parmi les francs-maçons panthéonisés ou dignitaires de l’Empire :

·  4 francs-maçons de la loge Les Neuf Sœurs François-Marie Arouet (dit Voltaire) et Marie-Jean-Antoine-Nicolas de Caritat marquis de Condorcet (tous deux panthéonisés). Pierre-Jean Georges comte Cabanis et Jean-Nicolas comte Desmeunier (dignitaires de l’Empire)

·  2 francs-maçons de la loge La Candeur : Antoine-César Choiseul duc de Praslin (Grand Administrateur du Grand Orient de France, GODF) et Gabriel-Louis marquis de Coulaincourt (affilié à la loge Les Amis réunis), (dignitaires de l’Empire)

·  2 francs-maçons de la loge Saint-Jean d’Ecosse du Contrat Social : Théophile Malo Corret de la Tour d’Auvergne (panthéonisé) et Hyacinthe-Hugues Timoléon comte de Cossé-Brissac (dignitaire de l’Empire)

·  Auxquels s’ajoutent 22 autres initiés aux mystères de l’Art royal, parmi lesquels :

  • 8 dignitaires de l’Empire : Louis-Antoine de Bougainville (initié à la loge de la marine L’Accord parfait à Brest), Pierre Garnier de la Boissière (GODF), Jean-Jacques Ignace Jacqueminot comte de Ham (loge Saint-Jean de Jérusalem à Nancy), Jean Lannes maréchal de France, duc de Montebello (administrateur, grand officier du GODF), Jean-Etienne Marie Portalis (Vénérable de la loge L’Etroite Persévérance des Amis réunis puis membre de la loge L’Amitié à Aix-en-Provence), Claude-Ambroise Régnier duc de Massa et Carrara (affilié à la loge L’Impériale des Francs-chevaliers à Paris et Grand Officier d’honneur du GODF), Jean-Pierre comte de Sers (Grand Hospitalier du GODF), Antoine Jean Marie comte Thévenard (loge L’Union, à Lorient)
  • 14 panthéonisés : Joséphine Baker (loge La Nouvelle Jérusalem de la Grande Loge Féminine de France), Jean-Baptiste Baudin (loge Le Temple des Amis de l’Honneur Français, à Paris), Pierre Eugène Marcellin Berthelot (loge La Fraternité universelle au GODF, à Paris), Pierre Brossolette (loge Émile Zola de Grande Loge de France, affilié à la loge L’Aurore sociale du GODF à Troyes), Alexandre Dumas, Félix Éboué (initié à la loge La France Équinoxiale, à Cayenne, membre des loges Les Disciples de Pythagore de la Grande Loge de France et Maria Deraisme du Droit Humain), Léon Gambetta (loge La Réforme, à Marseille), Baptiste Henri Grégoire (dit l’abbé Grégoire, loge l’Harmonie, à Paris), Gaspard Monge comte de Péluse (dignitaire des loges militaires L’Union Parfaite à l’Orient du Corps royal du Génie, à Mézières, membre des Amis réunis à Paris et Chevalier Rose-Croix), Victor Schoelcher (initié à la loge Les Amis de la Vérité puis affilié aux loges Aide-toi, le ciel t’aidera ! et La Clémente Amitié puis La Justice du GODF), Jean Zay (initié à la loge Étienne Dolet, à Orléans, GODF), Maximilien Foy, François Larochefoucault-Liancourt, Jacques-Antoine Manuel.

.................................................

En 2015, quatre Résistants entrent au Panthéon sur demande du président de la République François Hollande : deux femmes Geneviève de Gaulle-Antonioz et Germaine Tillion, deux francs-maçons Pierre Brossolette et Jean Zay.

Journaliste engagé et membre de la Ligue des droits de l’Homme, Pierre Brossolette, est né en 1903. En 1936, Léon Blum le charge de tenir la chronique de politique étrangère à la Radio nationale. Il y dénonça notamment les accords de Munich conclus avec Hitler en 1938 qui ne parviendront finalement pas à éviter la guerre. Mobilisé au début de la Seconde Guerre mondiale, il participe à la Bataille de France. Il est décoré de la Croix de guerre avec étoile de bronze en juillet 1940. Il entre dans la Résistance, rejoint le réseau du « Musée de l’Homme » et écrit le dernier numéro du journal Résistance avant son démantèlement. Il participe alors à la constitution de groupes de résistance dans la zone occupée et devient chef de la section presse et propagande de la CND-Confrérie Notre-Dame clandestine.

En septembre 1942, il rejoint les Forces Françaises Libres à Londres. Il est rapidement nommé à la tête des renseignements de la France métropolitaine, le BCRA (Bureau Central de Renseignements et d’Action) aux côtés d’André Dewavrin, dit le colonel Passy. Il est aussi le porte-voix à Londres des combattants de l’ombre et intervient à 38 reprises au micro de Radio-Londres.

En septembre 1943 il rentre en France puis reçoit l’ordre de revenir à Londres. Il est arrêté par la Gestapo à Audierne le 3 février 1944 dans le cadre d’un contrôle de routine, alors qu’il tentait de rejoindre l’Angleterre. Emprisonné à Rennes, il est reconnu comme Résistant et transféré au siège de la Gestapo à Paris.

Après deux jours et demi de torture, préférant la mort à la divulgation d’informations, il se suicide en se jetant dans le vide par une fenêtre du 84 avenue Foch en 1944 et meurt à l’hôpital le 22 mars. En hommage à Pierre Brossolette, un des grands temples de la Grande Loge de France porte son nom.

 

« Tout en lui respirait la noblesse de pensée, le désintéressement, la loyauté, le courage, l’amour du bien public », c’est ainsi que Léon Blum parlait de Jean Zay.

Avocat et journaliste, né en 1904, il s’engage très tôt en politique. Dès ses études secondaires, il adhère aux Jeunesses laïques et républicaines. À sa majorité, il s’inscrit au Parti radical. En 1932, il est élu député du Loiret. Le 4 juin 1936, il devient membre du gouvernement du Front populaire en tant que ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts. Il engage plusieurs réformes comme le prolongement de l’obligation scolaire de 13 à 14 ans.

Il est à l’origine de nombreuses institutions et événements comme le festival de Cannes, l’INA (L’Institut national de l’audiovisuel), le Musée d’art moderne, le CNRS (Centre national de la recherche scientifique), l’ENA (École nationale d’administration), le CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) et les bibliobus.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, il démissionne du gouvernement pour rejoindre l’armée française. En juin 1940, avec plusieurs parlementaires dont Georges Mandel et Pierre Mendès-France, il embarque sur le Massilia pour rejoindre Casablanca en Afrique du Nord et poursuivre le combat mais il est arrêté le 15 août 1940.

Ramené en métropole, Jean Zay est interné à la prison militaire de Clermont-Ferrand. Le 4 octobre 1940, il est condamné comme officier pour désertion en présence de l’ennemi à la déportation à vie et à la dégradation militaire par le gouvernement de Vichy.

Dans sa prison de Riom, Jean Zay peut recevoir régulièrement son épouse et ses deux filles. Il poursuit son travail, préparant les réformes qu’il pense pouvoir mettre en oeuvre après la Libération. Il y rédige cette oeuvre majeure : Souvenirs et solitude.

Le 20 juin 1944, trois Miliciens, se faisant passer pour des Résistants, le font évader de prison en présentant un ordre de transfert pour Melun signé par le directeur de l’administration pénitentiaire. C’est un piège ! Les hommes au service du gouvernement du maréchal Pétain assassinent Jean Zay dans un bois, près d’une carrière, au lieu-dit Les Malavaux, dans la faille du Puits du diable, à Molles (Allier).

 

La dernière valeur exemplaire à entrer au Panthéon est Freda Josephine MacDonald dite Joséphine Baker qui est panthéonisée le 30 novembre 2021. Après Régis Debray en 2013, l’essayiste Laurent Kupferman avait relancé cette idée avec la pétition en ligne Osez Joséphine qui a recueilli près de 38 000 signatures.

Cette franc-maçonne de la Grande Loge Féminine de France, artiste de music-hall, Résistante durant la Deuxième Guerre mondiale est aussi une femme engagée contre le racisme et l’antisémitisme auprès de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) en France. Aux côtés de Martin Luther King aux USA, elle milite en faveur de l’égalité des droits civiques pour les Afro-Américains et les Latinos des États-Unis.

Joséphine Baker, c’est aussi cette « mère courage » avec sa tribu arc-en-ciel composée de douze enfants adoptés aux quatre coins du monde. Ce « Village du Monde, capitale de la Fraternité universelle » traduit son amour de l’Humanité et incarne son idéal universaliste humaniste de vivre ensemble dans la paix.

« Tous les hommes n’ont pas la même couleur, le même langage, ni les mêmes moeurs, mais ils ont le même coeur, le même sang, le même besoin d’amour. » Joséphine Baker

Elle est la vingtième femme à bénéficier des honneurs du Panthéon avec Berthe Wild – Albrecht (Résistante), Hélène Allatini, Marguerie Aron, Denyse Clairouin, Madeleine dite Marion Cormier, Geneviève de Gaulle-Antonioz (Résistante), Arthémise dite Annie Deguirmendjian-Shah-Vekil épouse Archambault de Monfort, Suzanne Simon-Gaffré, Olga Goutwein, Jacqueline Grüner, Arlette dite Hélène Humbert-La Roche , Odette Lenoël, Marietta Martin, Irène Némirowski, Émilie Tillion et  Germaine Tillion (Résistantes), Marie-Hélène Wuilleumier, Marie Sklodwska-Curie (deux fois prix Nobel, physique et chimie), et Simone Jacob-Veil (femme politique, membre du Conseil constitutionnel puis de l’Académie française).

 

L'article original est tiré du blog "Mon Paris Joli".

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article