Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.500 articles.

Annie Hall. Le film de Woody Allen. 1977.

Universe is expanding...
Alvy Singer as a child.

Je l'ai vu...

Revu et re-re-vu de nombreuses fois...

C'était un rite parisien pour le 18 août, date de mon anniversaire.

Quand nous sommes arrivés à New York...

Je vivais intensément les endroits du film.

J'étais dans ce film.

Actuellement...

On peut le voir sur Salto..

En V.O. of course.

Au milieu des années 1970, Woody Allen faisait une découverte qui allait bouleverser son œuvre, riche alors de cinq pures comédies : faire rire le public n’est pas une obligation. C’est conseillé et salutaire, mais pas indispensable. Ou, du moins, pas tout le temps. Les peurs du cinéaste et la psychanalyse faisaient alors leur entrée dans un premier film de rupture plus que réussi : Annie Hall. Annie Hall, c’est Diane Keaton, dont Woody Allen est amoureux dans la vie comme au cinéma. Ici, c’est du cinéma. Et il est difficile de résister devant cette beauté, pantalon beige, chemise blanche, petit gilet noir, cravate offerte par sa grand-mère et chapeau large. Terriblement craquante... D’ailleurs Alvy Singer (Woody Allen) craque. Comique de métier, hanté par la mort, il a déjà raté deux mariages et se dit qu’avec Annie, ça pourrait marcher. A condition qu’elle lise les bouquins qu’il lui conseille, qu’elle apprécie le cinéma européen (Le Chagrin et la pitié d’Ophuls en tête) et qu’elle déteste comme lui la Californie ("C’est propre !", lui dit-elle. "Evidemment, leurs ordures passent à la TV !", répond-il.).

Ça ne marchera pas. Mais puisque tout ça, c’est du cinéma, Alvy Singer modifie la fin de l’histoire avec une pièce de théâtre qui connaîtra, sans doute, le même succès que le film. Merveille d’intelligence et d’inventivité (le réalisateur s’amuse entre autres à parsemer l’image de sous-texte incrusté), oscillant entre humour et gravité, Annie Hall remplit les salles. Le public - même américain ! - est conquis. Hollywood aussi. Le film raflera trois Oscars : meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario original. De quoi conforter Woody Allen dans ses choix, à tel point qu’il descendra encore le niveau du rire dans son film suivant, hommage à Bergman, Intérieurs. Il le remontera deux ans plus tard pour son chef-d’œuvre, cousin d’Annie Hall : Manhattan.

Fini les comédies loufoques, le roi de l'humour juif se lance dans une confession impudique et décapante sur sa vie privée. Le titre évoque le véritable nom de Diane Keaton (Diane Hall), sa compagne du moment. Les crêpages de chignon du couple à l'écran reflètent leurs propres bisbilles. Construit sur le mode de la cure psychanalytique, avec ses accélérations, ses stagnations, le film recycle le passé de l'auteur. Même les trucages perdent leurs vertus humoristiques : Woody Allen utilise les effets spéciaux à des fins amères, montrant le dédoublement de son héroïne, qui fait l'amour avec un homme tout en se promenant dans son appartement, abattue par l'ennui.

Enfin, celui qui dit avoir été « nourri au faux sein de sa mère » présente le vrai ventre maternel qui l'a toujours porté avec amour : New York. Avec ses delicatessen où tout peut se dire, et ses cinémas aux clients cuistres ou pieux, la ville trahit son intimité profonde, qu'il ne pourra plus jamais cacher. « Ta vie, c'est comme New York. Tu es une île repliée sur toi-même... », lui reproche Annie Hall au moment de leur rupture... — Marine Landrot

Synopsis

Alvy Singer, un humoriste new-yorkais à la carrière éclatante, est un incurable névrosé. La quarantaine douloureuse après deux mariages ratés et quinze ans d'analyse, il est obsédé par la précarité de l'univers, le sexe et la mort. C'est alors qu'il rencontre, au détour d'un court de tennis, Annie Hall...

 

 

"Seems like old times,

having you to walk with

Seems like old times,

having you to talk with

And it's still a thrill

just to have my arms around you

Still the thrill that it was the day I found you

Seems like old times,

dinner dates and flowers

Old times, staying up all hours

Making dreams come true,

doing things we used to do

Seems like old times here with you."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article