Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte pour le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.350 articles.

Le Festival n'aura pas lieu. Le livre de Gilles Jacob...

En ouverture de sa conférence de presse Pierre Lescure, successeur de Gilles Jacob à la tête du Festival de Cannes, a rassuré les journalistes : la 68e édition du Festival de Cannes aura bien lieu. Ce petit clin d'oeil était destiné à son prédécesseur, qui, au bel âge de quatre-vingt-quatre ans, s'apprêtait à sortir son premier roman : « Le Festival n'aura pas lieu ».

Gilles Jacob a passé trente-huit ans à la tête d'une manifestation somme toute assez provinciale dont il a fait un rendez-vous incontournable. Amateur de tennis, il n'allait pas laisser la place sans délivrer l'un de ces passing-shots dont il a le secret.

L'histoire commence au Kenya en 1952 sur le tournage de « Mogambo ». John Ford dirige Clark Gable, Ava Gardner et la toute jeune Grace Kelly. L'ambiance est assez chaude, entre jungle, bêtes sauvages, emballements sexuels et révoltes indigènes. Le jeune reporter Lucien Fabas, plus ou moins rabatteur de films pour le Festival de Cannes, débarque sur ce tournage chaud en couleur, dont il rapportera un article exclusif. Et, surtout, une belle histoire d'amour avec Bappie, la soeur aînée et chaperon de la très séductrice et imprévisible Ava. Il faut aussi créditer au générique Old Joe, boa de son état et avaleur d'émeraudes.

Deux années plus tard, en 1954, Fabas accède au poste prestigieux de secrétaire général du Festival de Cannes. Un emploi plus risqué qu'il n'y paraît, en particulier en mai 1968. Fabas-Jacob en donne une description à la fois hilarante et tragique (Carlos Saura et Géraldine Chaplin s'accrochant au rideau pour empêcher la projection de « Peppermint frappé » de Saura). Bien vite, Fabas réalise combien le job est exposé. Gilles Jacob est le mieux placé pour en parler : relations avec le ministère de la Culture, la mairie de Cannes, les studios américains, le conseil d'administration du Festival; pressions des producteurs, des distributeurs, des partenaires; exigences des stars, des jurés, des journalistes. Il découvre la légion des mal-élevés prêts à tout pour quinze secondes de postérité sur le tapis rouge. Avec un joli brin de plume, Gilles Jacob raconte tout cela avec humour, lucidité et détachement. Il en a tellement vu...

 

Le Festival n'aura pas lieu de Gilles Jacob, Grasset, 283 pages, 19 euros.

Quatrième de couverture

Lucien Fabas est envoyé en reportage en 1952 sur le tournage de Mogambo, au Kenya, où il côtoie John Ford, Clark Gable, Ava Gardner et Grace Kelly.

C’est là qu’il rencontre pour la première fois la sœur d’Ava, Béatrice, dite « Bappie » : naissance d’une passion qui, en marge de la vie officielle de chacun, durera jusqu’à leur dernier souffle.

C’est par les yeux de Lucien, nommé secrétaire général du Festival de Cannes en 1954, que le lecteur va vivre de l’intérieur l’épopée de la Croisette, de la séduction d’ Hollywood pour lever le boycott des Américains jusqu’au Londres des années 70, en passant par la révolte des jeunes cinéastes menée en 1968 par Truffaut et Godard. On croise Louis Malle, Lelouch, Polanski, Welles, Fritz Lang, Fellini... On chasse dans le monde entier les films et les stars pour nourrir cette immense fabrique à rêves condamnés à se consumer en cendres.

Quand un amour éternel croise la mythologie du festival de Cannes pour composer le grand roman de la nostalgie…

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article