Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte pour le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.350 articles.

Dictionnaire amoureux du Festival de Cannes de Gilles Jacob...

Longtemps délégué général du festival de Cannes — le « Grand Sélectionneur », en quelque sorte —, puis président de la manifestation, Gilles Jacob en a forcément vu défiler, des hypocrites qui lui souriaient pour être ­sélectionnés. Et des frustrés qui tentaient de faire bonne figure lorsqu’il les avait écartés. A les fréquenter, même de loin, on risque la déraison ou l’amertume. Mais non : seule une légère ironie parcourt les pages de son Dictionnaire amoureux du festival de Cannes. On y constate sa passion pour les actrices (Catherine Deneuve, Sharon Stone, Léa Seydoux — il manque Jane Fonda, tiens donc !). Sa fidélité à certains cinéastes, aussi, qui le pousse un jour à sélectionner un film de Wim Wenders qu’il sait moins bon que d’habitude : « On ne doit jamais être l’ami d’un réalisateur… »

Comprend-on bien les contradictions auxquelles est confronté un ­délégué général ? Durant des mois, il a le pouvoir de retenir tous les films qu’il croit dignes du festival. Et le jour des délibérations, omniprésent mais muet, il doit écouter les avis, parfois débiles, de jurés qu’il a lui-même choisis : « Ai-je été témoin de certaines avanies quand un juré, se prenant pour ­Eisenstein ou Griffith, prétendait que la sélection n’était pas au niveau ? (Quel ­niveau ? Le sien, j’imagine !) »

Avec verve, Gilles Jacob rappelle que le film le plus fêté fut, en 1955, Continent perdu, un reportage en Chine et en Malaisie, « applaudi plus de trente fois en cours de projection ». Il évoque les efforts maladroits de son prédécesseur, Robert Favre Le Bret, pour convaincre, en 1977, Roberto Rossellini de récompenser Sophia ­Loren dans Une journée particulière. Et l’habileté de Kirk Douglas, en 1980 : la veille des délibérations, « il fait voter […] pour Bob Fosse (All that jazz) puis, Palme acquise, il s’enferme à l’hôtel du Cap pour n’en ressortir qu’à l’heure des prix. Entre-temps, le jury, qui était pour Kurosawa (Kagemusha), obtient difficilement un ex æquo par téléphone. » ­Délices de la manipulation…

 

Quatrième de couverture

Le Festival de Cannes... derrière les projecteurs

"Il y a les films, les évènements, les palmarès. Il y a l'air du temps.
Les stars que j'ai aimées et dont je tire le portrait - personnel, artistique, réel, rêvé.
Il y a les metteurs en scène venus de partout, et qui me sont proches. Les pays, les
écoles, les genres. La presse. Les photos.
Les jurys, les discussions, les rires. Les pleurs aussi.
Il y a la palme d'or.
Il y a les fêtes, les surprises, les polémiques, les excentricités.
Il y a les festivaliers, tout ce monde mystérieux du cinéma que le public envie et
auquel chacun voudrait appartenir.
Ce dictionnaire amoureux conte le roman vrai du plus grand festival de cinéma au
monde, et en révèle quelques secrets.
Tour à tour historien, romancier, diariste, commentateur, j'ai souhaité témoigner de
ces moments tragi-comiques qui forment la folle aventure du Festival.
J'aimerais que le lecteur se coule dans l'esprit d'un sélectionneur, d'un juré, d'un
critique, d'un cinéaste, et suive en coulisses le spectacle inouï de ces années éblouissantes."

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article