Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

“Je m'intéresse à tout, je n'y peux rien.” Paul Valéry. Poussez la porte de la boutique : plus de 1.600 articles.

Le 15 mars 1945 sortait au cinéma Les enfants du paradis...

Paris est tout petit pour ceux qui, comme nous, s'aiment d'un aussi grand amour.

 

À Paris vers 1830, les enfants du paradis sont ceux nés boulevard du Crime au milieu des badauds, des forains, des mime et des acteurs..


Au théâtre, le paradis est toujours en haut, au sommet des gradins où s’entassent ceux qui ont les poches vides. Plus ils sont pauvres, plus ils s’expriment, d’où l’importance primordiale pour un acteur d’obtenir l’adhésion du paradis, dans l’espoir, qui sait, d’y accéder un jour...

Les Enfants du paradis devait s’appeler Les Funambules, du nom du théâtre dans lequel jouent les personnages principaux du film.


Sorti en 1945 sur nos écrans, il est le fruit de la collaboration entre un poète et un cinéaste. Jacques Prévert et Marcel Carné en sont à leur sixième collaboration et ils souhaitent faire revivre le théâtre et la foule du boulevard du Temple sous la Restauration...


Le poète assassin Pierre François Lacenaire et l’acteur Frédérick Lemaître répondent présents pour 3h15 de magie qui vous marqueront à vie...

 

 

La rencontre entre Carné et Prévert

Carné et Prévert se sont rencontrés en 1936. Tous les deux sont des autodidactes passionnés de cinéma. Le père de Carné était ébéniste et souhaitait que son fils le devienne également, il l'inscrit dans une école d’ébéniste mais Carné sèche pour suivre des cours de photographie aux Beaux-Arts et pour se rendre au cinéma. Prévert pratique l’école buissonnière mais il est emballé par le 7ème art quand il le découvre. Il se débrouille pour aller voir des films et il est passionné par le burlesque américain et par Fantômas.    

          Carné réalise son premier court-métrage "Nogent, Eldorado du dimanche en 1929" et il veut, après avoir été assistant, réaliser un long-métrage... Il se retrouve avec un scénario entre les mains mais n’est pas satisfait. C’est là que lui revient en mémoire une réplique entendue dans une pièce de théâtre, "La Bataille de Fontenoy", écrite par Jacques Prévert. Carné cherche les coordonnées de Prévert, lui présente le script et Prévert lui répond : « On va se démerder ! »... Le premier film de cette nouvelle collaboration sera "Jenny" en 1936.

Carné et Prévert n'étaient pas amis mais il y avait une véritable complémentarité dans leur travail. Carné était droit, froid, et Prévert incontrôlable avec une imagination débordante.                
Carole Aurouet

"Les Enfants du paradis", un tournage durant la Seconde Guerre mondiale

"Les Enfants du paradis" a été tourné pendant la Seconde Guerre mondiale, l’écriture du scénario commence à l’été 1943, c’est une sacrée aventure pour mener à bien un film à cette période. Carné et Prévert commettent un acte courageux : ils décident de faire travailler anonymement et dans la clandestinité le décorateur Alexandre Trauner et le compositeur Joseph Kosma, juifs, qui n’ont pas le droit de travailler.                
Cela crée une collaboration singulière, tous travaillent dans le salon d’une bastide isolée louée dans le sud de la France. Carné fait des allers-retours depuis Paris pour apporter de la documentation, Prévert écrit le scénario avec à ses côtés Alexandre Trauner qui peint les maquettes de décor avec le costumier qui peint les maquettes des costumes et puis Kosma compose les musiques avec un petit piano... C’est un laboratoire artistique et tous créent et échangent ensemble, ce qui a participé à la réussite de ce film.                
Carole Aurouet

L’amour et le théâtre, une histoire de jeu

Prévert crée une intrigue principale, celle d’un amour contrarié, impossible, une aporie de l’amour entre les personnages Garance et Baptiste et il va développer autour de cette intrigue principale des intrigues périphériques qui lui permettent de présenter toutes les formes d’amour qui existent : d’un côté, Garance a une relation charnelle dans les mots avec l’acteur Frédérick Lemaître, d’un autre côté, elle a un amour plus vénal avec le comte Édouard de Montray qui la place sous son emprise. En développant ces histoires pour complexifier son scénario, Prévert crée des parallèles entre le théâtre et la vie. Cette mise en abyme est liée à sa vie, il ne dissociait pas les choses, ne les compartimentait pas. Evidemment toute son oeuvre est en partie autobiographique.                
Carole Aurouet

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article