Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.500 articles.

Des rois mages offerts par le pape à Armstrong, Aldrin et Collins...

 

Le saviez-vous ? En 1969, le pape Paul VI offrit des rois mages aux premiers hommes qui marchèrent sur la lune, Armstrong, Aldrin, Collins. Ce qui ne fut pas sans conséquences !

Le 16 octobre 1969, les trois astronautes américains, membres du premier équipage envoyé sur la lune sont reçus au Vatican en audience privée : ils offrent au pape saint Paul VI une pierre ramassée sur la lune et celui-ci leur fait cadeau d’une œuvre artistique constituée de trois mages blancs sur trois destriers blancs. Paul VI leur déclare : « Honneur, salut et bénédiction à vous, conquérants de la Lune, pâle lampe de nos nuits et de nos rêves ! Apportez-lui, avec votre présence vivante, la voix de l’esprit, un hymne à Dieu, notre Créateur et notre Père ».

Quel était le message de ce cadeau ?

La conquête de l’espace est une aventure humaine extraordinaire. Elle permet d’approcher les étoiles les plus lointaines du cosmos. Mais une autre aventure extraordinaire attend l’aventure humaine : c’est la découverte et la conquête de son propre espace intérieur, de son cœur. Pour trouver cette voie, il lui faut faire comme les rois mages à Noël : suivre avec confiance la bonne étoile de sa conscience, qui brille en son for intérieur, et peut-être même en son cœur. Là où, précisément, chacun a rendez-vous avec sa vocation profonde : aimer. Là où se révèle l’étincelle divine de notre humanité et qui nous donne la paix et la joie !

Voir Dieu dans le monde… comme les rois mages !

« Cette découverte nouvelle du monde créé est fort importante pour notre vie spirituelle », affirmait aussi Paul VI lors de cette audience. « Voir Dieu dans le monde, et le monde en Dieu : n’est-ce pas cela la lumière amicale et stimulante qui doit soutenir les veilles scientifiques du chercheur ? N’est-ce pas ainsi qu’il fuit la terreur du vide que le temps démesuré et l’espace infini produisent autour de ce microcosme que nous sommes ? ».

« Notre solitude insondable, c’est-à-dire le mystère de notre destinée, n’est-elle pas ainsi comblée par une vague de Bonté vivante et aimante ? Les paroles familières mais toujours grandioses enseignées par le Christ ne nous viennent-elles pas aux lèvres : ‘Notre Père qui êtes aux cieux’ ? ». Des mots forts de sens qui touchèrent Neil Armstrong.

Armstrong… sur les pas du Christ ?

En 1988, Armstrong se rendit à Jérusalem et demanda à Thomas Friedman, un professeur expert en archéologie biblique de le conduire en un lieu où il vraiment assuré que le Christ ait marché. Friedman le conduisit à l’emplacement de l’ancienne entrée principale du Temple. L’astronaute s’agenouilla alors pour prier et dit à l’archéologue : « C’est plus significatif pour moi d’avoir foulé ces lieux que d’avoir marché sur la lune ! ».

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article