Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.500 articles.

18 mai 1944. Victoire du Monte-Cassino

La bataille de Monte Cassino se déroula en quatre combats entre janvier et mai 1944. La ville de Cassino était un lieu stratégique de la ligne Gustave, la ligne de défense allemande d’Italie centrale formée pour empêcher les Alliés de progresser vers Rome.

Les Alliés perdirent 115 000 hommes, les Allemands 60 000.

 

Les objectifs et les forces en présence

L’objectif des Alliés était d’atteindre Rome, mais pour cela il était nécessaire de percer la ligne Gustav. Les forces alliées regroupaient la Ve armée américaine (commandée par le général Clark) et la VIIIe armée britannique (commandée par le général Leese). Elles se trouvaient opposées à la Xe armée allemande du général von Vietinghoff.

 

Les Alliés disposaient de trois divisions blindées et treize d’infanterie, soit 300 000 hommes. De leur côté les Allemands alignaient quatre divisions Panzers, une division de Panzergrenadiers et cinq divisions d’infanterie. La clé du dispositif de défense allemand résidait en la hauteur d’un monastère très célèbre. Ce monastère, situé à 435 mètres d’altitude, surplombait la ville de Cassino et dominait les vallées du Rapido et du Liri. Le 14e Panzerkorps ainsi que des bataillons d’élites de parachutistes et d’infanterie étaient chargés de sa défense. Défense qu’ils avaient passé trois mois à renforcer..

En janvier 1944, les Alliés lancèrent une succession de raids de 3 000 bombardiers contre les voies de communication allemandes. Le 4 janvier 1944, le 2e corps américain du général Keyes et le corps expéditionnaire français s’emparèrent du mont Trocchio.

La première bataille de Cassino

La première bataille de Cassino débuta le 17 janvier 1944. Les Alliés avaient mis au point une stratégie très élaborée : le corps expéditionnaire français, commandé par le général Juin, devrait attaquer le mont Santa Croce, tandis que le 2e corps américain (assisté d’une partie de la 1ère division blindée) devrait prendre Cassino et Sant’Angelo. Finalement, le 10e corps britannique devrait marcher sur Minturno. Ces opérations devaient précéder le débarquement à Anzio-Netturo (sur les arrières du flan droit de la ligne Gustav) prévu pour le 22 janvier 1944. Le 10e corps britannique parvint à franchir le Garigliano et arriva le 19 près de Castelforte.

À partir du 20 janvier, les Allemands lancèrent une série de contre-attaques que les Alliés mirent douze jours à repousser. Durant la seconde phase de l’opération, la 36e division du 2e corps américain attaqua Sant’Angelo (appuyée par la 34e division qui attaquait Cassino). Cependant, elle ne parvint pas à franchir le Rapido. La 34e division s’approcha à 300 mètres du monastère de Cassino mais ne put le prendre. Au début du mois de février, les troupes allemandes avaient repris la majeure partie du terrain qu’elles avaient perdu. Cependant, le 20 janvier, les troupes du général Juin s’emparèrent du mont Santa Croce. Le 6 février, la 36e division américaine fut relevée par la 2e division néo-zélandaise. Pendant ce temps, les troupes débarquées à Anzio étaient stoppées par les Allemands.

La deuxième bataille de Cassino

La seconde bataille de Cassino se déroula du 15 au 18 février 1944. Il était établi que la 4e division indienne et la 2e division néo-zélandaise devaient donner l’assaut sur le mont Cassino en passant par la crête de la Tête de Serpent. Leur objectif était la gare du chemin de fer. Le 15 février 1944, 224 appareils larguèrent 420 tonnes de bombes sur le monastère, cette attaque transforma ce dernier en amas de ruines que les Allemands eurent tôt fait de transformer en forteresse. Le 16 février, les Néo-zélandais prirent la gare de Monte Cassino mais durent se retirer le lendemain. Les opérations furent suspendues durant trois semaines pour cause de mauvais temps.

 

Le conflit s'éternise 

La bataille reprit le 14 mars ; Freyberg attaqua en direction du sud, le long des deux rives du Rapido. Après six jours de combats, le corps néo-zélandais fut obligé de se retirer. La ville de Cassino était encore aux mains des Allemands. La VIIIe armée britannique fut alors redéployée en secret. Le 2e corps polonais devait attaquer le monastère par le nord tandis que le 13e corps britannique franchirait le Rapido pour couper la route nationale et isoler la ville.

Les Français et le 2e corps américain attaqueraient plus au sud de part et d’autres de Sant’Andrea. Les Allemands avaient envoyé des renforts vers Anzio, car ils croyaient que les Alliés allaient y lancer une attaque. Le 10 mai, le général Juin, trouvant les attaques alliées aussi vaines que coûteuses, organisa un plan qui consistait en la prise des sommets dominants la vallée. Après avoir convaincu les généraux américains et anglais – qui n’étaient pas enthousiastes à cette idée – dont dépendait le corps expéditionnaire français, Juin mit son plan à exécution.

 

La remontée, puis la victoire alliée

La 2e division marocaine (DIM) fut chargée de prendre le mont Faito puis le Maio, assistée par la 1ère division française libre (DFL), la 4e division marocaine de montagne (DMM) et la 3e division d’infanterie algérienne (DIA). Au soir du 10 mai, l’attaque française devait partir de la tête de pont sur le Garigliano. Cette attaque étant surprise, il n’y eut pas de préparation d’artillerie. L’attaque n’eut pas l’effet escompté et les soldats allemands purent riposter vigoureusement contre les Français qui se prirent dans les barbelés et se perdirent dans les champs de mines.

Le Faito fut chèrement conquis, blockhaus par blockhaus. Devant ces lourdes pertes de la nuit du 10 au 11 mai, Juin décida de remettre la suite de l’opération au lendemain. Le 12, l’offensive fut relancée, cette fois précédée par de lourdes salves d’artillerie (plus de 1 600 canons bombardèrent la ligne Gustav durant toute la journée du 11 mai). La 2e DIM prit les monts Girofano et Cerasola, ceux-là même qui défendaient tout le massif du Maio. Le Maio tomba ensuite. Les soldats français attaquèrent alors Castelforte. Après de durs combats de rue, coûteux en vies humaines, les Français purent crier victoire à Castelforte.

Le 13 mai, les Français occupaient le confluent du Liri et du Garigliano, les troupes du général Juin étaient parvenues à creuser une brèche de 25 km de large sur 12 km de profondeur dans la redoutable ligne Gustav. Mais pendant ce temps, les Polonais butèrent face aux défense allemandes devant Cassino, les Britanniques se maintenaient avec difficulté sur le Rapido et les Américains piétinaient devant Santa Maria. Mais cela n’arrêta pas la progression alliée.

Deux jours après la destruction du QG allemand par une attaque aérienne, les Américains arrivèrent à Spigno. Le 17 mai 1944, Kesselring ordonna à ses troupes de se retirer. Le même jour, le 13e corps britannique coupa la route nationale et les Polonais lancèrent l’assaut sur le monastère qui tomba le 18.

Cette bataille coûta aux Alliés 115 000 hommes et aux Allemands 60 000.

Le 23 mai, les troupes alliées réussirent une percée à Anzio où elles étaient encerclées depuis janvier.

La route de Rome était maintenant ouverte et les Américains y défilèrent le 4 juin 1944. La bataille de Cassino fut l’une des plus dure de toute la campagne alliée en Europe.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article