Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.400 articles.

La Libération de Nogent-le-Roi vue par Mme Marie-Françoise Lagente

Tout conduit à tout...

Et inversement...

On dirait du Pierre Dac...

En cherchant des documents sur la Libération de Nogent-le-Roi...

J'ai trouvé le témoignage de Marie-Françoise Lagente, la fille du pharmacien de la Place de l'Etoile, sur Hérodote.net, en l'été 2014.

Témoignage qui avait déjà été repris par Sandrine Morille en page 35 de son dernier ouvrage "Souvenirs de Nogentais".

Je vous le reproduis donc ci-dessous.

"J'avais tout juste 5 ans lors de la Libération (née le 24 août 1939) je me souviens bien des derniers jours - les Américains faisaient stationner leurs chars juste devant la pharmacie - place de l'Etoile - Papa (pharmacien sérologiste biologiste) devait aller tous les matins faire des prises de sang auprès des S.S. qui avaient envahi le Château de Nogent le Roi.

C'est moi qui leur donnait des œufs qu'ils gobaient - je me souviens de leurs gestes.

Le 22 août 1944, avec Papa, le Maire de Nogent le Roi et un élu, Monsieur Lapic, nous sommes allés dans les caves du Château parce que la situation était devenue très grave et que peut-être tout Nogent-le-Roi devait être abattu alors la seule solution s'était de se réfugier au Château : moi, je me réjouissais de cette situation : on allait tous vivre ensemble !

Maman avait préparé dans la salle à manger : des vêtements chauds, des couvertures, des seaux hygiéniques, je revois cette scène en vous l'écrivant.

Le 24 août, c'était la Libération de Nogent-le-Roi, mais ce fût ensuite la débâcle qui nous emmena dans un drame familial dont je ne suis JAMAIS remise :

Mon frère aîné Paul-Emile a été pris d'une péritonite : il fallait faire Nogent-le- Roi / Chartres en voiture : 35 Kms - plus de voiture, plus d'essence, plus d'électricité - Papa a dû gonfler des pneus d'une voiture à charbon avec une pompe à bicyclette !

Quand Maman s'est présentée devant le Dr de Formestraux à l'Hôpital de Chartres : " Madame votre fils est perdu- c'est trop tard !"

Le lendemain Maman est revenue de Chartres avec mon frère mort étendu au milieu de Tonneaux de vin, le marchand de vins de Nogent le Roi se trouvait à Chartres ce matin là.

Ce douloureux souvenir je ne peux l'oublier : J'ai secoué mon frère étendu sur le lit des mes parents pensant qu'on lui avait coupé les jambes !


(Merci de m'avoir lu - dans 3 jours j'ai 75 ans - ce souvenir m'a donné beaucoup de vigueur
, je reviens de mon cycle intensifs comme tous les ans de cours d'arabe à l'Université de Tunis)"

.........................

Que Mme Lagente m'excuse mais la Libération de notre ville a eu lieu le mardi 15 août et non le 24 août !

Les Américains ont déboulé de la RN 154 Chartres / Dreux par la rue de la porte chartraine.

Mais...

C'était bon...

 Très bon...

 De lire son poignant témoignage...

La mort d'un frère est une déchirure.

D'autant plus quand on vient à penser qu'en temps normal, il aurait pu être sauvé !

 

Liliane Langellier

P.S. Roger Tempête, de Coulombs, nous rappelle la plaque apposée en l'église Saint-Sulpice de Nogent-le-Roi.

En remerciement à la famille Lagente qui avait gracieusement offert l'installation radiophonique en mémoire de la disparition trop précoce de leur cher fils.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Effectivement, j'ai fait une erreur de date : le 24 août 1944 était le jour de mon anniversaire (5ans)<br /> merci de m'avoir lu.
Répondre