Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.500 articles.

Nogent-le-Roi. La Fonderie et la famille Loiselet.

Le fondateur de la Fonderie Loiselet, c'est :

 

1/ André Maxime Romain Loiselet.

le 29 novembre 1838 à Neuilly-sur-Eure (Orne).

Le 2 décembre 1861, il épouse Zéline Voyer, née le 27 octobre 1840 à Chaudon.

"Il exerce le premier le métier d’ouvrier Fondeur, originaire de Moutiers au Perche dans l’Orne, il se marie en 1861 à Adeline Zéline VOYER 1841/1902 originaire de Chaudon, Ouvrière en robes suivant l’état civil.

Maxime Romain LOISELET est venu créer la première Fonderie LOISELET à Nogent Le Roi en 1850, à l’angle de la Rue des Grenêts et de la rue Porte Chartraine, le pilier de l’entrée de la cour de l’actuelle annexe de la Mairie en reste le dernier vestige.

Après leur mariage en 1861, Ils créeront ensemble une nouvelle fonderie en 1862 située dans les locaux actuels de la Société EXACOMPTA (Ex FLAMBO), Cette Fonderie s’appelait LOISELET VOYER, la gérante était Adeline Zéline VOYER. Une trace subsiste encore visible de l’entrée de l’usine FLAMBO <LV 1887), probablement l’année de construction du bâtiment."

In Gaby Laire.

Gros plan LV chez Flambo

Il est décédé le 25 avril 1891.

Il a eu trois fils : Eugène, Arthur et Henri.

 

2/ Eugène Victor Loiselet, né le 2 janvier 1866 à Nogent-le-Roi.

 

 

"Eugène Victor LOISELET partit sur Dreux créait une Fonderie dans le quartier Saint Thibault spécialisait au fil du temps dans la fabrication de pétrins et de matériels pour la boulangerie, Arthur César et Henri Edouard restèrent sur Nogent Le Roi, la Fonderie LOISELET s’appela successivement César LOISELET à la mort de leur mère en 1902 et Henri LOISELET à la mort de César en 1933."

in Gaby Laire.

Il a deux frères :

- Arthur César Loiselet (1873),

- Henri Loiselet (1875).

Il épouse Julie Ernestine Davoust le 15 mars 1892 à La Boissière Ecole.

NDLR : Témoin Edouard Gresteau, vannier, Chaudon.

Ils auront quatre enfants :

- Marcel (30 décembre 1892),

- Suzanne (1er juillet 1894),

- Fernande (7 décembre 1895),

- Thérèse (3 décembre 1896).

Eugène Victor est décédé le 27 avril 1922 à Vernouillet, à l'âge de 56 ans. 

L'aîné, Marcel César Loiselet, est donc né le 30 décembre 1892

Son RM nous apprend qu'il a été blessé au mollet droit en 1915.

Marcel César Loiselet épouse le 28 septembre 1918 à Vernouillet Georgette Poulain.

Il aura trois enfants :

- Maurice né le 21 août 1918 à Vernouillet, mort le 25 décembre 2000 à Dreux. 

[De son mariage le 24 avril 1946 à Dreux avec Marguerite Louise Alice Jorand, née le 10 mai 1926 à Hanches,

Maurice aura 4 enfants : (Michel, 1947, Françoise, 1949, Monique, 1952, Eric, 1966)].

- Simone (1923/1994) et Pierre (1925).

Marcel César Loiselet est mort le 10 août 1935 à Vernouillet.

Le premier frère d'Eugène...

3/ Arthur César Loiselet, né le 20 janvier 1873 à Nogent-le-Roi :

 

Arthur Loiselet a épousé le 31 mai 1898 Ernestine Jeanne Fernande Soinnard (né le 5 novembre 1878 à Paris)

"C’est César LOISELET qui transféra la Fonderie LOISELET en 1910 en périphérie du centre-ville, Rue du Faubourg Valmorin, en reprenant une Fonderie déjà existante. La 1ère coulée de fonte liquide eut lieu le 11 Janvier 1912."

in Gaby Laire.

Ils auront trois filles :

- Marguerite : 28 avril 1899/ 2 juin 1980,

- Germaine : 14 décembre 1900/12 octobre 1981,

- et Suzanne : 28 août 1915/ 8 juin 1977.

Il est mort en 1933 à Vernouillet.

 

Le second frère d'Eugène...

Henri et Marie Loiselet avec leurs 3 enfants : Raymonde, Albert et Robert.

 

4/ Henri, Edouard Loiselet est né le 9 janvier 1875 à Nogent-le-Roi.

Il a été exempté de service militaire.

Il s'est marié le 15 février 1898 avec Marie-Louise Guichard de Nogent-le-Roi.

Il est décédé le 14 octobre 1947.

 

Son premier enfant est une fille : Raymonde Loiselet, née le 7 novembre 1901 à Nogent-le-Roi.

Elle meurt le 31 mai 1992 à Nogent-le-Roi.

Son premier fils, Robert Arthur Polycarpe Loiselet, nait le 16 juin 1903 à Nogent-le-Roi.

Il s'est marié le 8 août 1926 avec Yvonne, Joséphine, Julienne Contrepoids née le 3 août 1905 à Ormoy.

Il est décédé à Nogent-le-Roi le 21 janvier 1967.

Yvonne, elle, s'est remariée le 26 février 1968 avec Georges Albert François.

Elle est décédée le 3 janvier 1991.

 

Les listes électorales de 1939

 

Albert Henri Loiselet, est le deuxième fils d'Henri Loiselet.

Il est né le 20 avril 1908 à Nogent-le-Roi :

 

Il épouse Etiennette Lucienne Marcelle Lemerle (9 janvier 1912 / 28 novembre 2002) le 5 septembre 1931.

Albert Loiselet aura trois fils : Yvon, François et Denis.

- Yvon Loiselet est né le 17 septembre 1936.

Il a épousé Jeannette Dompmartin (1938) originaire de Villemeux (ici recensement 1946) :

Ils ont trois enfants : Isabelle (1960), Sylvain (1962), et Sébastien (1968).

- François Loiselet,

est né le 1er mai 1938 à Nogent-le-Roi,

François a eu un fils, Christian, mort dans un accident de voiture le 5 août 1988 (né en 1964).

il est mort le 25 janvier 2002 à Nogent-le-Roi :

- Denis Loiselet, né le 22 octobre 1940.

Il aura deux filles : Chrystèle (1969) et Karin (1974).

 

Robert Loiselet aura deux enfants : Jean (1927) et Denise (1929).

Jean Loiselet est le 7 juin 1927 à Nogent-le-Roi,

il est mort à Chaudon, le 4 mai 1990.

il a lui-même trois enfants : Patrick (1952), Pascal (1956/2019) et Laurence (1962).

..................................................................

La Fonderie LOISELET fut fermée, en accord avec ses employés pendant les deux ans d’occupation lors de la guerre de 1939/1945, refusant de travailler pour l’occupant. Elle alimentait, cependant, pendant la guerre et malgré le contexte difficile, sur son stock, les pièces nécessaire à dépanner les machines agricoles de l’époque.

"Albert Loiselet a commencé comme mouleur de pièces, enseigné par les ouvriers de la fonderie aux environs de 1938, à l'époque une vingtaine d'ouvriers tous très qualifiés, faisant de nombreuses heures de travail y compris occasionnellement le dimanche. Durant l'occupation, Albert n'a pas voulu travailler pour l'occupant, fonderie fermée. Albert s'est fait embaucher chez Lamare seulement pour avoir droit à ses cartes de ravitaillement mais n'y a jamais travaillé. Réouverture de la fonderie à la Libération.

La cause de la fermeture de la fonderie durant l’occupation était qu’Albert ne voulait pas travailler pour l’occupant, mais ce qu’il ne savait pas : l’officier qui lui avait demandé de travailler pour lui était un client important de la fonderie.

Au retour de la guerre, Albert étant officier, a été nommé par le maire M. Lavigne « affecté spécial » pour la commune. »

(extrait de l'enregistrement audio du 4 mai 1988)." Paulette Buisson.

La photo ci-dessous :

Ecole Gaston Couté en 1947 : Yvon (11 ans) et François Loiselet (9 ans).

La Fonderie reprit son activité normalement après la guerre... 

 

"A l'origine la fonderie travaille uniquement pour le matériel de culture, par la suite contrepoids pour le matériel agricole et ascenseurs, plaques de cheminée, récupérateurs de chaleur, lampadaires, regards d'égouts, travaille pour la boulangerie après la guerre.

Les vieilles fontes sont refondues. Il faut compter de 40 à 50 tonnes de fonte tous les deux jours pour la fabrication. Une sableuse est achetée pour nettoyer les pièces afin d'éviter le brossage et la projection de sable sur les ouvriers qui portent des masques.

Une vingtaine d'ouvriers travaillent de longues journées et quelquefois le dimanche, ils étaient le mieux payés de la région, payés aux pièces et restaient entre 20 et 30 ans à la fonderie. Ils devenaient très familiers avec leur patron en l'appelant par son prénom "Albert".

Les ouvriers pour la plupart sont logés par la fonderie, dans des maisons achetées par Albert Loiselet et bénéficient d'une cantine le midi." Paulette Buisson

A la mort d’Henri Loiselet en 1947... 

La Fonderie est reprise par ses enfants, Albert, Robert et Raymonde Loiselet, la Fonderie prend le nom de Fonderie Loiselet, Albert Loiselet en est le dirigeant jusqu’en 1979,

puis Jean Loiselet, le fils de Robert Loiselet, de 1979 à 1985,

et François Loiselet, le fils d’Albert Loiselet, de 1985 à 2001.

La famille Loiselet était très présente dans la vie de la petite cité nogentaise.

Pour témoin, ces tournois de boules qu’ils organisaient dans l’ancien stade chaque été.

Ou leur intérêt pour le club de football.

Equipe de foot avec Jean Loiselet à droite.

Les Poussins avec François Loiselet

Des membres de la famille ont siégé au conseil municipal (Jeannette Loiselet avec Me Beaujouan, par exemple).

Beaucoup de familles nogentaises ont  eu l’un des leurs qui bossait à la fonderie. C’était des carrières longues, très longues (20 ans et plus)…

Certains ouvriers étaient logés dans des maisons leur appartenant (exemple René Patrice, le chauffeur).

Oui...

Les Loiselet étaient des gens gentils, dans le bon sens du terme...

Des patrons à l'ancienne.

Pour qui le travail mais aussi la vie de famille étaient des biens précieux.

C'était avant.

Le temps d'avant.

Le bien joli temps d'avant.

 

Liliane Langellier

 

 

Sources :

- Article de Gaby Laire dans L'Action Républicaine du 28 janvier 1994,

- Photos et documents de Patrick Loiselet,

- Archives Paulette Buisson : in les Ondes Buissonnières (Croisilles),

- Archives Mairie de Nogent-le-Roi,

- Archives numérisées de Chartres,

- Geneanet.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Un grand merci pour cette rétrospective de la famille Loiselet. Ma mère, née à "Tivoly" chez les Minard était la sœur de Yvonne Loiselet femme de Robert Loiselet.<br /> Après son mariage en 1932, mes parents sont partis à Paris, mais à la retraite en 1974 sont revenus à Nogent.<br /> Au décès de maman , j'ai gardé le pavillon, étant nogentaise de cœur.<br /> <br /> Que de souvenirs remontent dans ma mémoire<br /> Merci également pour toutes les photos du temps passé
Répondre
L
J'ai très bien connu les Minard : Suzanne et sa ferme à Theuvy-Achères, Agnès qui bossait avec moi à la CCI de Chartres. Le bel Antoine aussi. Une très belle famille.<br /> Merci pour votre commentaire.