Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.500 articles.

21 avril 1944 : le droit de vote accordé aux femmes

C’était un paradoxe extraordinaire de penser qu’elles étaient bonnes pour faire des ministres, et pas pour être des citoyennes à part entière.
Yvonne Dornès,
femme de lettres et féministe

"Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions de l'homme." Grâce à cette ordonnance signée le 21 avril 1944, le général De Gaulle a élargi le droit de vote aux femmes. Un an plus tard, le 29 avril 1945, les femmes ont pu voter pour la première fois lors des élections municipales. En janvier 1993, dans un documentaire diffusé dans l'émission L'histoire en direct, Patrice Gélinet retraçait l'histoire de cette lutte ardue, des projets de loi rejetés au Sénat jusqu'à l'émotion du premier vote en 1945.

Une longue lutte

Longtemps évincées des droits civiques, les femmes ont bataillé pour obtenir l'égalité avec les hommes. En réponse à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, ne prenant pas en compte les femmes, Olympes de Gouges rédige la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, dont est extraite la célèbre citation :« La femme a le droit de monter sur l’échafaud, elle doit avoir également le droit de monter à la tribune. »

Après la Première Guerre Mondiale, après avoir durement travaillé pour remplacer les hommes partis au front, les femmes réclament le droit de vote. En 1919, un projet est déposé pour accorder le droit de vote aux femmes. Mais les sénateurs le rejettent, malgré l'accord de la Chambre des députés. Un rejet qui n'est pas unique, loin de là. Il se renouvellera en 1925, 1932 et 1935 !

Dans les années 1930, à l'instar des suffragettes anglo-saxonnes, des femmes revendiquent l'accès à la citoyenneté, ne pouvant se résoudre à la résignation. Louise Weiss notamment multiplie les actions féministes. Après s'être présentées aux élections législatives de 1935, bien que n'étant pas éligibles, elles entraînent avec elles des suffragettes à l’hippodrome de Longchamp pour réclamer le droit de vote et "conquérir un nouveau statut civil et politique".

En 1936, alors même qu'elles ne sont pas électrices, trois femmes entrent au gouvernement de Léon Blum, dont Irène Joliot-Curie, nommée sous-secrétaire d’Etat à la recherche scientifique, et Cécile Brunschvicg, sous-secrétaire d’Etat à l’Education nationale.

Paris 1937 : manifestation pour le droit de vote des femmes françaises - source : Gallica-BnF

 

21 avril 1944 : le droit de vote accordé

La France, pays de la Déclaration universelle des droits de l'Homme et du citoyen, tarde bien à accorder le droit de vote aux femmes. Après la Finlande, la Norvège, le Danemark, l'Islande, l'Allemagne, l'Estonie, la Lettonie, la Pologne, la Lituanie, le Royaume-Uni ou encore la Bulgarie... Le 21 avril 1944, Charles De Gaulle signe l'ordonnance accordant le droit de vote aux femmes, suite à la décision collégiale prise par l'Assemblée consultative d'Alger, comme le souligne l'historienne Christine Bard dans cet article de Libération.

Les femmes se sont engagées dans la Résistance. "Il me semblait absolument insupportable de ne pas être mobilisée comme les hommes" se souvient Geneviève de Gaulle-Anthonioz. Gilberte Brossolette, de son côté, se rappelle avec émotion du courage des femmes engagées dans la Résistance :

Quand on dit que c’est le général de Gaulle qui a donné le droit de vote aux femmes, c’est inexact. C’est la Résistance. Vous savez que les femmes se sont magnifiquement conduites pendant toute la Résistance. J’en ai connu des quantités. Il y en a eu 8 000 ou 10 000 qui ont été déportées pour faits de résistance, sans compter toutes les déportées raciales. Elles se sont acharnées, elles ont travaillé à l’ombre des hommes. Toutes les besognes difficiles, toutes les choses dangereuses, les liaisons, aller chercher ce qu’il y avait dans les boîtes aux lettres de la Résistance, aller repérer des lieux pour des parachutages ou pour que des avions puissent se poser clandestinement, prendre des trains dans des conditions impossibles. Gilberte Brossolette

29 avril 1945 : elles votent pour la première fois

Dans ce documentaire radiophonique de Patrice Gélinet, on entend des reportages de 1945 avec les réactions à chaud des votantes. Gilberte Brossolette se souvient de ce jour : “J’ai pensé que, enfin, nous avions le droit de donner notre avis. Enfin, nous étions des êtres humains à part entière.” De son côté, Soeur-Marie-Thérèse se souvient de l'émotion du vote autant que du trajet hors du couvent pour se rendre au bureau de vote.

Françoise Giroud se rappelle également du sentiment qu'avaient certaines femmes se sentant désemparées devant ce nouveau droit. S'adressant à ses consœurs féminines en 1945, elle disait :

Nous voilà électrices, lancées dans la politique. (…). Relayez-vous avec une ou deux amies pour garder les enfants, pour préparer le déjeuner ou le goûter. Et si pour distraire une heure le jour du vote, il vous faut faire quelque effort, pensez que pour vous permettre de voter, des hommes et des femmes luttent depuis un siècle.

P.S. C’est depuis Alger que le Comité français de libération nationale publie son plan d’organisation de la France après la Libération. L’article 17 donne aux Françaises le droit de voter et d’être éligibles aux élections.

C’est une simple phrase. Un article d’une ligne qui va bouleverser la vie de millions de Françaises. Dès la une, les lecteurs et les lectrices de L’Écho d’Alger du 23 avril 1944 comprennent que quelque chose est en train de se passer.

Le Comité français de libération nationale, présidé par Charles de Gaulle, a rédigé le 21 avril une ordonnance sur l’organisation des pouvoirs publics en France après la Libération. La première déclaration donne le ton :

« L'Assemblée nationale constituante sera élue au bulletin secret et à un seul degré par tous les Français et Françaises majeurs. »

La lecture de l’article 17 ne laisse pas place au doute.

« Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes. »

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article