Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.400 articles.

10 avril 1912, 18h35. Le Titanic s’immobilise à côté du fort central de Cherbourg...

Cherbourg, première escale sur le voyage du Titanic

10 avril 1912, 18h35. Après avoir franchi la passe de l’ouest, le Titanic s’immobilise à côté du fort central, dans la rade de Cherbourg, la plus grande rade artificielle au monde. L’escale durera une heure et demie et verra embarquer 281 passagers au total.

L’embarquement des passagers à bord du Titanic

A bord du transbordeur le Traffic, 15 passagers sont débarqués du Titanic ainsi qu’un peu de fret. Les 102 passagers de troisième classe qui attendaient pour monter à bord du plus grand paquebot du monde embarquent les premiers pour le voyage à bord du Titanic.

L’autre transbordeur de la White Star Line, le Nomadic, emmène également 179 passagers à son bord : 151 de première classe, dont quelques unes des plus grandes fortunes du siècle et 28 passagers de seconde classe, tous en partance pour l’Amérique. Embarquement également de produits de luxe français : champagne, vins, fromages.

 

Archive du journal "Cherbourg Eclair" du 10 avril 1912 :

article sur l'escale du Titanic

« Le plus grand navire du monde, le "Titanic" fera son premier voyage demain, emportant de Southampton à New York plus de trois mille personnes y compris huit cents hommes d'équipage. Cette ville flottante, comme écrivait le bon Jules Vernes du "Great-Eastern", il y a plus de cinquante ans, est peut-être plus extraordinaire encore comme entreprise financière que mécanique, car "L'Olympic", de la même ligne, ne jauge qu'environ mille tonnes de moins et une ligne allemande annonce pour l'année prochaine le lancement d'un navire beaucoup plus grand qui atteindra 50.000 tonnes. Le "Titanic n'en a que 46,000 mais pour les milliardaire qui voudront s'assurer un des deux appartements complets, avec promenade réservée sur le pont, le prix du passage en Amérique sera de 21,525 fr. Il est vrai que pour environ pour la centième partie de cette somme on pourra être du même bateau en troisième classe mais avec les mêmes chances d'arriver heureusement. Pour son voyage, le vaisseau de Gargantua emporte 75,000 livres de viande, 15,000 bouteilles de bière, 10,000 bouteilles de vin et 12,000 bouteilles d’eau minérale, que Rabelais aurait bien laissées à terre, mais que réclament les estomacs de première classe. »

 

Certains passagers étaient arrivés l’après-midi même de Paris, par train : le New York Express, en provenance de la Gare Saint-Lazare.

Le grand départ du voyage du Titanic

A 20h10, le géant des mers, illuminé de tous ses feux quitte Cherbourg dans la nuit, sa dernière escale continentale, pour rejoindre Queenstown (aujourd'hui Cobh) en Irlande. Ce sera le véritable départ du voyage du Titanic vers les Amériques.

 

  La construction du Titanic, ou la White Star Line et la course au gigantisme

 L’idée de la construction du Titanic germe dans les esprits de J. Bruce Ismay et de James Pirrie en 1907 lors d’un dîner à Londres.

  Le premier est directeur général de la compagnie de navigation White Star Line tandis que le second est associé senior de la société Harland et Wolff, qui, au-delà de la construction du Titanic, est en charge de tous les navires de la White Star Line. Leur objectif principal est de contrer la compagnie concurrente la "Cunard Line" qui vient de lancer le Lustania et le Mauretania, qui feront bientôt figure de rafiots, face au paquebot Titanic.  

  Les deux compagnies britanniques se partagent le marché du transport transatlantique de passagers sur les lignes d’Amérique du Nord. Cependant, la construction du Titanic allait révolutionner son ère.

  La White Star Line souhaite construire 3 "super-paquebots" plus grands, plus sécurisants et plus luxueux qu’aucun autre au monde. Leurs entrées en service s’échelonneront de 1911 à 1914. Ces bâtiments devront transporter 2 400 passagers, et être en mesure d'accueillir 2 000 tonnes de fret à une vitesse moyenne d’environ 22 nœuds.  La White Star Line mise sur la capacité et le luxe des installations ainsi que sur la régularité et la sécurité plutôt que sur la vitesse.

  Avec ces navires, la White Star Line pourra proposer un départ de Southampton tous les mercredis et une arrivée à New York  6 jours et demi plus tard. Ainsi fut écrite l'histoire du somptueux paquebot Titanic.

 

Le chantier Harland et Wolff, lieu de construction du Titanic

  Les chantiers navals Harland et Wolff situés à Belfast (Irlande du Nord) sont chargés de la construction du Titanic et des deux autres "super-liners". Ils emploient plus de 14 000 personnes et peuvent fabriquer simultanément 8 navires. Pour mener à bien le projet, ils entreprennent de transformer 3 formes de radoub (bassin où les navires sont réparés) en 2 bassins géants. Un pont roulant haut de près de 75 mètres, le plus grand jamais réalisé, est érigé au-dessus des nouvelles cales sèches.

L’architecte Alexander Carlisle et l’ingénieur en chef des chantiers Thomas Andrew définissent les caractéristiques générales des 3 bâtiments. Avec 268 mètres de long et 45 000 tonnes, les 3 nouveaux vaisseaux surclassent le Lusitania et le Mauretania. Ils seront les plus grands navires du monde et leurs noms sont parlants : L'Olympic, le Gigantic et le paquebot Titanic.

Construction du Titanic à Belfast.

 Dans le même temps, J. Bruce Ismay, directeur général de la White Star Line, engage des pourparlers avec les responsables du port de New York qui ne disposent pas de quais assez longs pour accueillir ces nouveaux navires. Une chose est certaine, la construction du Titanic et de ses petits frères a fait parler.

  Le 16 décembre 1908, les ouvriers posent le 1er élément de la quille du futur Olympic. Le 31 mars 1909, c’est la construction du Titanic qui s'achève. Le 20 octobre 1910, l’Olympic est lancé et remorqué au bassin où son armement sera achevé.

Le 31 mai 1911 à Belfast, le paquebot Titanic est lancé devant des milliers de spectateurs. L’achèvement des aménagements du transatlantique ne survient qu’en mars 1912. Les essais se déroulent le 1er avril. Deux jours plus tard,  le navire arrive à Southampton d’où il appareillera une semaine après pour New York.

  Le 4 avril 1912, dans le port de Southampton, l’équipage du paquebot Titanic achève les derniers préparatifs avant le grand départ prévu le 10 avril.

 

  Les caractéristiques techniques

  Le paquebot Titanic mesurait 269 mètres de long et 28 mètres de large et possédait une passerelle de navigation de 22 mètres, des ponts d’embarcations de 24 mètres, des cheminées de 42 mètres, des mâts de 64 mètres et 11 ponts dont 8 pour les passagers.

  Sa propulsion était de 46000 chevaux comprenant :

             - 3 hélices d’un poids total de 98 tonnes

            (1 hélice quadripale de 5 m de diamètre ; 2 hélices tripales de 7 m de diamètre)

           - 2 machines alternatives à vapeur (30000 CV)

           - 1 turbine basse-pression (16000 CV)

           - Vitesse de croisière : de 21,5 à 22 nœuds

           - Vitesse maximale : 24 nœuds (jamais atteinte).

La construction du Titanic était donc placée sous l'égide d'une technologie révolutionnaire, qui instaurerait sa domination sur tous les navire déjà existants.

Le paquebot Titanic est si imposant que les réserves de charbon de 3 bateaux sont nécessaires pour le voyage, soit 13000 m3 répartis dans 12 soutes. Il consomme en effet 1,5 kg de charbon pour chaque mètre parcouru.

Au cours de la construction du Titanic, la sécurité est de mise, avec une coque à double fond et 16 compartiments étanches. La fermeture des portes étanches s’effectue depuis la passerelle par commande électrique. Le navire peut continuer à flotter avec 2 compartiments principaux envahis.

Tous les organes majeurs placés lors de la construction du Titanic (chaufferies, machines, turbine) sont placés dans des compartiments indépendants. En cas de voie d’eau, 5 pompes de ballast, en liaison avec 3 pompes de cale ont une capacité d’évacuation de 400 tonnes d’eau à l’heure. Par ailleurs, des détecteurs de fumée et de chaleur ont été installés dans tous les locaux névralgiques directement reliés à un centre de sécurité capable d’intervenir dans les plus brefs délais.

Le paquebot Titanic dispose également d’une installation téléphonique moderne utile pour les passagers (les cabines de luxe peuvent ainsi entrer en communication avec le bar, le restaurant) et pour l’équipage (le mécanicien-chef a la possibilité d’entrer en liaison avec la salle des machines et avec chacune des 6 chaufferies situées dans des compartiments étanches). La construction du Titanic avait donc été mise en oeuvre, de façon à offrir un maximum de confort et de fiabilité.

Pour communiquer avec la terre, le paquebot Titanic possède une installation TSF de grande puissance. Il est équipé de 2 grands mâts de 62 mètres de haut qui portent les antennes utilisées pour la transmission des messages radio.

Le paquebot Titanic a la capacité d'embarquer 3 503 personnes : 2 603 passagers dont 905 de 1re classe, 564 de 2e classe, 1134 en 3e classe ainsi que 885 membres de l’équipage.

Adaptée à la construction du Titanic, la capacité en canots de sauvetage était de 1178 personnes. Avec 16 canots (2 de 40 personnes chacun et 14 de 65 personnes chacun) ainsi que 4 radeaux Englehardt (embarcations dans lesquelles 47 personnes pouvaient trouver place). Toute porte concrètement à croire, à la construction du Titanic, que son surnom, " l'insubmersible " lui porterait bonheur.

Côté provisions :  34 000 kilos de viande, 7 000 laitues, 40 tonnes de pommes de terre, 6 819 litres de lait, 36 000 oranges et 20 000 bouteilles de bière sont embarqués.

De grandes quantités de vaisselle, couverts, verrerie sont également prévues : 12 000 assiettes plates, 2 500 carafes à eau, 12 000 fourchettes, 1 200 plats à pudding… ! Côté linge, sont embarqués 6 000 nappes, 25 000 serviettes de toilette et 45 000 serviettes de table…Nul doute que le paquebot Titanic était le symbole d'opulence.

La coque possédait un numéro (390904) qui provoqua presque l’arrêt de la construction du Titanic. En le lisant dans un miroir les ouvriers pouvaient voir apparaître les lettres « NO POPE » (« Pas de Pape »). Cette vision fut interprétée comme un mauvais présage par les employés catholiques irlandais des chantiers.

 

A bord du Titanic

  Le 10 avril 1912 au matin, l'avant-gardiste construction Titanic appareille de Southampton en Angleterre avec ses passagers. Le paquebot est guidé jusqu’au chenal conduisant à la mer par 6 remorqueurs de la Red Funnel Line. La masse du paquebot Titanic est si importante que le déplacement d’eau provoque la rupture de 6 aussières du paquebot New York amarré à proximité, une manœuvre rapide évite de justesse l’abordage.

  Arrivé au terme de la construction du Titanic, toutes les classes sociales sont représentées, classes qui sont alors rigoureusement séparés selon les différents niveaux (1re, 2e et 3e classe). Un cloisonnement rigide qui reflète les inégalités dans les années 1900 puisque le monde était divisé en fonction du milieu d’origine, de leur éducation reçue et de leur fortune. Ainsi, un billet de 1re classe pouvait coûter 4500$ contre 45$ pour les 3es classes, et 65$ pour les 2es classes.

  Chaque classe possède sa propre passerelle et des ponts séparés. Le paquebot Titanic est luxueux et sa décoration raffinée. Les 4 suites royales offrent de somptueux aménagements. Chaque suite comporte ainsi un salon, deux chambres à coucher, deux garde-robes, une salle de bains avec toilettes attenantes. La construction du Titanic est aménagée pour offrir une architecture éblouissante.

  Les passagers de 1re classe (325) composés d'aristocrates et de personnes fortunées disposent d’un gymnase, d’un bain turc, d’une piscine, de cafés et de fumoirs (réservés aux hommes).

  Les femmes se rendent dans les salons de lecture et de correspondance. Deux salons de coiffure (l’un en 1re classe et l’autre en 2e) sont également accessibles : les passagers peuvent également y acheter des souvenirs de voyages tels que des cartes postales, des fanions…

  Pour se rendre dans la vaste salle à manger (30 mètres de longueur) richement décorée d’alcôves et de fenêtres à vitraux, les passagers de 1re classe empruntent un grand escalier de style Art nouveau, surmonté d’un dôme en verre...  La construction du Titanic avait mise en oeuvre pour offrir luxe et bien-être aux voyageurs les plus fortunés.

Les passagers de 2e classe (285), parmi lesquels on compte de nombreux professeurs et commerçants, disposent d’installations comparables à celles des passagers de 1re classe sur d’autres paquebots. Les repas servis aux 2es classes sont d'ailleurs préparés dans les mêmes cuisines que ceux des 1res classes ! Dès la construction du Titanic, les choses avaient été faites de manière à ce que chaque passager conserve un excellent souvenir de sa traversée.

Les 3es classe (706) sont le plus souvent des émigrants partis chercher fortune dans le Nouveau Monde. Sur le paquebot Titanic, ils voyagent dans de meilleures conditions que sur la plupart des autres transports maritimes. Bien que cantonnés dans les parties basses du navire, ils logent dans des compartiments de 4 à 6 couchettes (au lieu des dortoirs traditionnels) et disposent d’une salle à manger où leur sont servis 3 repas par jour (sur les autres bateaux, ils doivent emmener leur nourriture). Ils disposent également d’un salon et d’un fumoir. La construction du Titanic était donc pensée pour offrir le confort à toutes les couches sociales.

 

  L’EQUIPAGE DU TITANIC

Sur les 2 201 personnes embarquées à bord du Titanic, 885 concernaient l'équipage du Titanic. Une multitude de professions pour faire fonctionner le plus luxueux, le plus grand paquebot de cette époque. Le personnel du Titanic, de la navigation, aux cuisiniers, en passant par les télégraphistes, les musiciens et le commandant du Titanic, tous étaient au service des passagers pour les accueillir dans les meilleures conditions.  

Le personnel du Titanic, sur le pont 

Au côté du commandant du Titanic Edward John Smith, le commandement était composé de 6 officiers « sénior », dont 3 responsables de la navigation : Henry Wilde (commandant du Titanic en second), William Murdoch (1er officier) et Charles Lightoller (2e officier) qui effectuaient chacun un quart de 4 heures la nuit et 1 autre le jour. L’officier « sénior » avait sous ses ordres des officiers « juniors », travaillant par paire : Herbert Pitman et Harold Lowe, Joseph Boxhall et James Moody.

Les quartiers-maîtres, au nombre de 7, s'étaient chargés de diriger le navire et de se tenir régulièrement sur la passerelle de manœuvre et d’accostage sur le pont arrière. Au nombre de 6, les veilleurs étaient chargés de surveiller d’éventuels obstacles depuis le nid-de-pie, en haut du mât avant. L'équipage du Titanic, organisé, effectuait un roulement par paires formées d’Archie Jewell et George Symons, George Hogg et Alfred Evans, Frederick Fleet et Reginald Lee. Ces derniers étaient à leur poste lors de la collision avec l’iceberg.

Le personnel du Titanic de navigation comprenait également 31 marins et matelots chargés de l’entretien et de la surveillance du navire, de 2 capitaines d’armes et 2 maîtres d’équipage. Parmi les autres membres du personnel du Titanic, considérés comme appartenant à cette catégorie, on comptait un lampiste chargé d’allumer et d'éteindre les lumières du pont, des laveurs de carreaux, 1 charpentier, 1 menuisier , 1 magasinier, 2 stewards et 2 médecins.

Le personnel du Titanic spécialiste de l'avitaillement : le télégraphiste 

Installée sur les paquebots au début du 20e siècle, la télégraphie était l’unique moyen de communication en temps réel, des passagers et de l’équipage du Titanic avec le monde extérieur. A la suite du naufrage, les commissions d’enquêtes démontreront l’importance du rôle de la radio dans le sauvetage des rescapés. A bord du Titanic, John George « Jack » Philipps et Harold Bride avaient pour principale mission d'émettre les messages des passagers les plus fortunés. Ils transmettaient également à la passerelle tout message destiné au commandant (présence d'obstacles, signaux de détresse...). La radio tomba en panne dans la nuit du 12 au 13 avril, expliquant la densité du trafic de messages le soir du 14 avril. 

Le restaurant du Titanic A la Carte

  Géré par Luigi Gatti, cuisinier renommé possédant plusieurs restaurants à Londres, le restaurant À la Carte proposait une alternative aux passagers de 1re classe ne souhaitant pas se restaurer dans la salle à manger. Autour de Gatti, œuvraient une soixantaine de cuisiniers spécialisés (potages, sauces, pâtisserie) et de nombreux serveurs ou garçons de vaisselle. Le personnel du Titanic chargé de la restauration était essentiellement composé de français et d’italiens, la direction des cuisines etant confiée au chef français Pierre Rousseau. Parmi le personnel du restaurant, on ne compta que 3 survivants : les 2 caissières et le réceptionniste Paul Maugé.

 

L'orchestre du Titanic

Embarqués à Southampton comme passagers de 2e classe avec un billet collectif N°250654, ils étaient au nombre de 8. Un quintette jouait dans le Grand Salon de 1re classe, sur le pont A ou dans la Salle de réception de 1re classe ; sur le pont D, pendant les arrivées et les départs, ou lors de concerts réguliers le midi et le soir, ainsi que durant les services du dimanche. Un trio jouait exclusivement sur le pont A, dans la salle de Réception, à l'extérieur du Restaurant À la Carte et du Café Parisien. Le rôle d'une partie du personnel du Titanic consistait à entretenir l'image luxueuse du paquebot, et offrir aux passagers davantage de plaisir à voyager.

Les postiers du Titanic 

Le Titanic, comme de nombreux autres navires, était un paquebot poste. Il transportait donc du courrier entre l'Europe et l'Amérique, ce qui lui valait de porter le sigle R.M.S. (Royal Mail Steamer). De fait, plusieurs milliers de sacs de courrier furent embarqués, auxquels s'ajouta le courrier rédigé par les passagers. 5 postiers étaient chargés de trier ce courrier : 2 britanniques, James Williamson et John Richard Jago Smith, 3 américains : John Starr March, Oscar Woody et William Gwinn. Ils étaient logés avec les passagers, en 3e classe.

 

Les héros de l'équipage du Titanic 

De nombreux membres d'équipage du Titanic eurent un comportement héroïque durant le naufrage, la plupart des membres ayant aidé les passagers sans chercher à sauver leur propre vie. Les mécaniciens restèrent à leur poste pour fournir de l'énergie, le personnel du Titanic situé au niveau du pont s'occupa du chargement des canots, les personnels hôteliers évitèrent la panique, les télégraphistes envoyèrent, pour leur part, des signaux de détresse et la position du navire jusqu'au moment ultime du naufrage. Les 8 musiciens, quintette et trio, jouèrent ensemble pour la 1re et dernière fois.

 

La fin tragique du Titanic nous la connaissons tous, mais que s'est-il réellement passé la nuit du 14 avril au 15 avril 1912.

 

DIMANCHE 14 AVRIL : LA NUIT DU TITANIC
 

La date du naufrage du Titanic approche, à l'insu des passagers. Il est 20h35, le commandant Edward John Smith arrive sur le pont et fait remarquer au 2e officier, Herbert Lightoller, que le temps est froid, sans encore se douter du futur naufrage du Titanic... Ils évaluent à quel moment ils risquent de se trouver à proximité de la banquise et comment ils pourront la repérer. Ils auront la réponse quelques heures plus tard.

  21h20. le commandant Smith quitte la passerelle et donne l’ordre à Lightoller de le prévenir s’il éprouve le moindre doute…

  22h00. L'officier Lightoller prévoit d'atteindre la zone d'icebergs vers 23h. Il termine son quart et cède sa place au 1er officier William McMaster Murdoch. Les vigies effectuent également la relève avec une seule consigne, celle de veiller à la présence de banquise ou de growlers.

  23h40, au commencement de la terrible nuit du Titanic. Les 2 guetteurs, Frederic Fleet et Reginald Lee Robinson tentent, de percer l'obscurité de la nuit ; la disparition de leur paire de jumelle leur fait cruellement défaut. Ils aperçoivent néanmoins une gigantesque masse sombre droit devant le navire. Il ne leur faut que peu de temps pour réaliser qu'il s'agit là d'un immense iceberg. Fleet sonne alors 3 fois la cloche et téléphone à la passerelle : «  Iceberg droit devant ».

Murdoch aperçoit lui aussi la masse menaçante qui émerge de l’obscurité, et qui manque de causer au Titanic un accident frontal. Il se précipite sur la télécommande qui relie la passerelle à la salle des machines et donne l’ordre de passer « En arrière toute » et ordonne en même temps au quartier maître, Robert Hichens, « la barre à tribord toute ».

Il déclenche ensuite la sonnerie commandant la fermeture des portes étanches et actionne le mécanisme de verrouillage. Le choc n'est pas perçu de la même manière par les passagers et les hommes de l'équipage : alors que ceux qui se trouvent dans les hauteurs ressentent une vibration, les mécaniciens ont déjà les pieds dans l'eau et tentent de s'enfuir. Le naufrage du Titanic est proche.

Quelques instants plus tard, le commandant Smith est réveillé par la collision et arrive sur la passerelle pour analyser la situation avec Murdoch. Il envoie alors le 4e officier  Joseph Groves Boxhall inspecter les fonds de la proue au niveau du pont G qui ne trouve rien d'anormal sur son chemin de retour.

Les moteurs sont arrêtés. Le commandant fait demander Thomas Andrews, l’architecte du Titanic.

 23h50. Le postier John R. J. Smith fait part à Boxhall de la situation dans la salle de tri postal. L'eau s'engouffre dans la coque et monte de plus de 4 mètres dans les parties basses de l'avant du Titanic.

Andrews analyse le rapport des avaries et calcule que le Titanic ne dispose que de 2 heures avant de sombrer. La date du naufrage du Titanic est donc annoncée.

  23h58. Le commandant arrive dans la salle radio et ordonne la transmission du signal de détresse C.Q.D. (Come Quick Danger / Venez Vite Danger) suivi de M.G.Y., l'identité du Titanic.

 

LUNDI 15 AVRIL : DATE DU NAUFRAGE DU TITANIC

 

0h05. Le capitaine donne l'ordre au chef officier Henry Tingle Wilde de faire préparer les canots de sauvetage, de rassembler les passagers, et de sortir la liste d'affectation pour chaque canot. Ce fut pour le Titanic l'accident fatal.

00h10. Le paquebot commence à piquer de l’avant. A la demande du commandant Smith, les musiciens prennent place à l’avant du bateau sur le pont A pour jouer. La nuit du Titanic prend des allures tragiques et mélodieuses.

0h15. Le premier appel de détresse (CQD) lancé par l’opérateur John George Phillips est intercepté par le bateau français La Provence, le navire canadien Mount Temple et la station terrestre Cape Race, mais la position du Titanic est incorrecte.

0h25. La station Cap Race reçoit la position corrigée du Titanic : 41°46'N, 50°14'W. Bien que le Carpathia se trouve à 58 miles du Titanic, son commandant décide rapidement de mettre tout en œuvre pour accueillir à son bord les passagers.

Le commandant du Titanic donne l'ordre de faire embarquer dans les canots les femmes et les enfants d'abord, futurs survivants au naufrage du Titanic.

0h30. De nombreux messages sont transmis aux bateaux environnants.

0h45. Le premier canot de sauvetage comprenant seulement 28 passagers, quitte le navire ; il s'agit du n°7. Les fusées de détresse sont tirées durant 55 minutes par intervalle de 5 à 10 minutes jusqu'à 1h40. Entre temps, le quartier-maître Rowe tente de contacter un navire se trouvant proche du Titanic à l'aide d'une lampe Morse. Le C.Q.D est remplacé par le S.O.S ( Save Our Souls/Sauvez nos Ames). C’est la 1re fois de l'histoire de la navigation que le S.O.S est utilisé. La cloison étanche entre les chaufferies n°5 et 6 cède brusquement.

0h55. Les canots de sauvetage n°5 (41 personnes à bord) et le n°6 (28 personnes à bord), quittent le navire. L'eau atteint le pied du grand escalier de 1re classe.

1h00. Le canot n°3 quitte à son tour le paquebot.

1h10. Les canots n°1 (12 personnes à bord) et le n°8 (31 personnes à bord) quittent le navire. Message du Titanic à l’Olympic : "Nous avons heurté un iceberg. Coulons par l'avant. 41°46'N, 50°14'W. Venez le plus vite possible".

1h20. Les canots n°9 (56 personnes à bord) et n°10 (55 personnes à bord) quittent le navire. Cap Race notifie au Titanic que le Virginian est à 170 miles au nord, et qu'il est en chemin pour porter secours. Cela dit, le mal est fait, et le naufrage du Titanic est inéluctable.

1h25. Les canots n°11 (70 personnes) et n°12 (43 personnes) quittent le navire.

1h27. Un message de détresse est envoyé à tous les bateaux. «Nous embarquons les femmes et les enfants dans les canots. Nous ne pouvons plus attendre». De façon sous-jacente, la date du naufrage du Titanic est officiellement annoncée.

1h30. Le canot n°14 (60 personnes à bord) quitte le navire. Le nom du navire est désormais complètement recouvert par la mer. Le Titanic réitère son message au Olympic : "Nous embarquons les passagers dans les canots".

1h35. Les canots n°16 (46 personnes à bord), n°13 (64 personnes à bord) et n°15 (70 personnes à bord), quittent le navire.Nombreux sont ceux qui réchappent au naufrage du Titanic.

1h40. Le canot C (39 personnes à bord) quitte le navire. La dernière des 8 fusées de détresse est lancée. Les passagers se précipitent à tribord pour compenser la gîte importante. La proue est maintenant sous l'eau.

1h45. La salle des machines est inondée.

1h50. Le canot n°2 quitte le navire. Le message de l' Olympic signifiant son assistance au Titanic est capté par le Virginian et Cap Race.

1h55. Le canot n°4 (42 personnes à bord) quitte le navire. Il recueillera 8 passagers naufragés (2 périront dans le canot), survivants de la nuit du Titanic.

La chaufferie n°4 est submergée, provoquant une plongée rapide de la proue. Les hélices commencent à émerger et la timonerie est sous l'eau.

2h00. La plage avant disparaît sous l’eau, située à 10 pieds au dessous du pont de la promenade. L'eau envahit désormais la salle à manger de 1re classe sur le pont D. Le canot D quitte le navire en dernier.

2h10. L'ultime message radio est transmis. Le commandant Smith ordonne aux opérateurs radio de quitter le navire. Le canot B quitte le navire.

2h15. Le navire commence à se briser en 2, les pressions sur la coque sont trop fortes.

2h17. La poupe s'élève dans le ciel étoilé, provoquant la chute de tous les objets à l'intérieur du navire. L'éclairage vacille puis s'éteint. La première cheminée s'effondre.

2h20. La partie arrière du Titanic se dresse verticalement vers le ciel, se maintenant quelques instants. Elle se remplit d'eau et finit par couler à son tour. C'est l'heure officielle du naufrage du Titanic, par 41.46 Nord et 50.14 Ouest.

 

Le Titanic disparaît de la surface de l'océan emportant avec lui 1502 personnes.

 

Image : Menu de paquebot, 1901. Collection Raulet. Activités commerciales, vie politique et mondaine à Paris, (1648-1914). Archives de Paris, D8Z 2.

Image : Menu de paquebot, 1901. Collection Raulet. Activités commerciales, vie politique et mondaine à Paris, (1648-1914). Archives de Paris, D8Z 2.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article