Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.400 articles.

31 mars 1889 : Inauguration de la Tour Eiffel

Depuis 1851, date de la première Exposition Universelle tenue à Londres, la France a hébergé l’événement en 1855, en 1867 et en 1878 ; et sous l’impulsion de Jules Ferry, alors président du conseil, il est décidé en 1884 que l’exposition universelle de 1889 aurait lieu à Paris, à l’occasion du centenaire de la Révolution Française. Cette démonstration de force est hautement symbolique, puisqu’il s’agit d’affirmer à l’internationale la stabilité et la puissance du gouvernement républicain en pleine frayeur boulangiste (le succès du trop populaire général Georges Boulanger fait craindre un coup d’Etat à la IIIème République, déjà fragilisée par la crise économique).

« Ce lampadaire véritablement tragique… »
Léon Bloy, à propos de la Tour Eiffel

Les ingénieurs Maurice Koechlin et Émile Nouguier, de la société Eiffel & Cie, en vue du concours qui verra s’affronter les différents projets, imaginent alors une « tour de 300 mètres ». L’architecte Stephen Sauvestre se greffe au projet et redessine entièrement la forme de la tour pour lui donner son aspect final. Ce n’est qu’en réalisant l’impact médiatique potentiel d’une telle construction que Gustave Eiffel, le propriétaire de la société, rachète finalement le brevet du projet à ses ingénieurs en s’appropriant ainsi leur idée.

L’ingénieur centralien avait déjà connu le succès en concevant l’armature de la Statue de la Liberté, et en construisant gares, ponts et viaducs dans toute la France mais aussi dans divers pays européens et en Afrique du Nord. Afin de faire accepter ce nouveau projet démentiel (l’érection en 1885 de l’Obélisque de Washington, 169 mètres seulement, avait été particulièrement laborieuse) qui ferait de la tour la plus haute construction du monde, Eiffel se jette à corps perdu dans une grande campagne de publicité qui fait mouche (voir l’affiche ci-dessus). Le projet, en concurrence avec une centaine d’autres, remporte le concours, et l’emplacement du Champ-de-Mars est désigné pour accueillir la Dame de Fer, qui ferait alors office de porte d’entrée monumentale pour le reste de l’exposition.

Étapes de la construction de la Tour Eiffel, alors appelée « tour de 300 mètres », de 1887 à 1889.

Il faudra cinquante architectes, deux-cent cinquante ouvriers et deux ans de travail pour que la Tour Eiffel soit terminée, et ce seulement quelques jours avant le début de l’Exposition Universelle. Pendant toute la période de sa construction, elle avait été la cible de railleries et de plaintes de la part des parisiens, qui ironisaient sur sa laideur, le vacarme des travaux et le coût pharaonique de l’entreprise (Verlaine, Bloy, Dumas fils, Maupassant et François Coppée font notamment partie des protestataires) ; mais dès l’ouverture de l’exposition, elle connaît un immense succès, et enregistre deux millions de visites. En 1900, lors de l’Exposition Universelle suivante, ce nombre est divisé par deux. On songe alors à détruire l’édifice, qui avait originellement vocation à n’être démonté qu’en 1909.

« Ce grillage infundibuliforme, ce suppositoire criblé de trous… »
Joris-Karl Huysmans

Ce sont les expériences de radiodiffusion menées sur la tour, et autorisées par Gustave Eiffel, qui la sauvent de la démolition : à l’ère naissante de la télégraphie sans fil, la hauteur de la tour permet déjà des émissions et des captations de messages à longue portée. En 1910, le gouvernement accorde soixante-dix ans de plus à la tour ; décision bienvenue, puisque c’est grâce à elle que sont captés, durant la Première Guerre Mondiale, des messages décisifs tel que celui qui fit déjouer l’attaque de la Marne.

Après la Seconde Guerre Mondiale, et grâce à l’essor du tourisme international de masse, la Tour Eiffel devient l’un des monuments les plus visités de Paris avec bientôt 300 millions de visites à son actif. En 2006, on recensait 366 morts aux causes variées depuis l’inauguration de la tour, chutes accidentelles, suicides, sauts en parachute ratés, défis sportifs ou expérimentations scientifiques ayant mal tourné : malgré la mise en place de protections et de filets, aventuriers et désespérés répondent encore à l’appel des cette cime métallique.

 

La plus célèbre de ces mésaventures demeure celle de Franz Reichelt, un tailleur parisien d’origine autrichienne s’étant tué en 1912, en voulant tester une voilure de son invention supposée fonctionner comme un parachute. L’infortuné s’étant jeté du premier étage de la tour, il fait une chute de 57 mètres, et l’impact creuse un cratère de vingt centimètres d’épaisseur dans le sol. La chute, filmée, est abondamment relayée dans la presse.

En mai 1937, l’historien Raymond Isay, à l’occasion de l’Exposition Universelle de la même année, revenait sur les expositions précédentes ; à propos de celle de 1889, qui vit s’ériger la Dame de Fer, il écrit :

« Plusieurs années à l’avance, les pouvoirs publics avaient décider d’organiser une exposition en 1889. Cette date coïncidait avec le centenaire d’un événement historique considérable, cher à tous les Républicains, mais dont aucun Français ne pouvait se désintéresser : la réunion des Etats généraux à Versailles, la naissance de la France moderne, le début et le départ de la Révolution, l’inauguration de cette sorte d’hégire que Goethe, au soir de Valmy, avait reconnue et saluée. »

 

Exposition universelle : vue générale et tour Eiffel, octobre 1900 / Wikimedia Commons

Exposition universelle : vue générale et tour Eiffel, octobre 1900 / Wikimedia Commons

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article