Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.500 articles.

Du côté de chez Drouant : Cent dix ans de vie littéraire chez les Goncourt de Pierre Assouline

Il faut séparer les livres du bruit qu'ils font.
Pierre Assouline

Le palmarès du Goncourt va tomber dans quelques heures...

Palmarès qui va rendre riche et célèbre un écrivain...

C'est donc le moment ou jamais de réviser l'origine de ce prix littéraire.

Via le livre de Pierre Assouline "Du côté de chez Drouant".

J'ai connu Assouline quand il manageait le mensuel Lire...

Dont nous assurions la promotion des ventes au sein de L'Express.

Il succédait ainsi à Bernard Pivot.

Mais est-il besoin de rappeler ici que Pierre Assouline lui-même est un grand écrivain ?

J'avais chroniqué en son temps son livre "Sigmarigen" sur ce blog.

Même si sa spécialité à lui, ce sont les biographies (Dassault, Gallimard, Londres, Simenon, Hergé, entre autres...)

"Pendant plus de vingt ans, Assouline, accrocheur, bosseur, pugnace, discret, s'est consacré à la biographie, allant jusqu'à s'identifier à ses personnages au point, s'amuse-t-il, de porter une écharpe comme Marcel Dassault ou un noeud papillon comme Gaston Gallimard, de mépriser Gauguin à force d'être Kahnweiler, de se visser une pipe entre les dents à la Simenon, de ne connaître d'autre ligne que celle du chemin de fer comme Albert Londres, d'être pris par le démon de la ligne claire à force de suivre Hergé, de s'être cru le dernier des Camondo dans l'intime conviction que sa lignée  s'éteindrait tragiquement et de voir le monde en géomètre par fidélité à Cartier-Bresson... « Tout biographe est un obsédé », note-t-il dans son livre le plus personnel, « Vies de Job »."

Il est également l'auteur influent du blog "La République des Livres".

Mais il faut bien dire que j'ai eu un peu de mal avec la construction de ce livre-là...

Pas étonnant puisqu'il s'agit de la retranscription de six émissions sur France Culture.

Diffusées du 27 juillet au 31 août 2013.

Et qu'Assouline lui-même précise :

"Nous lui avons volontairement gardé la couleur des ondes : il conserve le ton du micro car c'est pour le micro qu'il a été conçu."

Alors, on y va...

.....................

Et oui, si l'Académie Française a ses fauteuils, l'Académie Goncourt, elle, a ses couverts. Au nombre de 10, ils ont trouvé domicile fixe chez Drouant depuis 1914, onze ans après la création de l'association.

Selon les dernières volontés d'Edmond de Goncourt. Coopté en 2012, Pierre Assouline est locataire du dixième couvert où il a succédé à Françoise Mallet-Joris l'une des encore trop rares femmes admises (ou même primées) dans ce temple de la littérature.

Avec ce livre, il revisite "Cent dix ans de vie littéraire chez les Goncourt" qui sont autant de rivalités, luttes de pouvoir ou d'ego, manigances et discussions passionnées.

En passant en revue chacune des 110 éditions du prix depuis sa création, Pierre Assouline pointe les passions et les contradictions qui jalonnent les parcours des jurés, des auteurs et bien sûr des éditeurs.

Et oui, parmi les 110 lauréats, assez peu sont restés dans les mémoires même si leur moment de gloire fut bien réel.

Beaucoup de carrières ont été écrasées par ce prix avant même d'avoir débuté. Amusant parallèle qu'ose l'auteur avec les exploits sportifs qui semblent rester dans les mémoires des passionnés tandis que les lauréats de prix littéraires ne font qu'occuper l'espace un court instant.

Comment ne pas sourire également en découvrant qu'il faut attendre 2008 (plus de cent ans donc) pour que les statuts de l'association interdisent à un membre du jury d'exercer une fonction de conseil éditorial...

Ces déjeuners du mardi chez Drouant ont fait l'objet de tous les fantasmes, on a même tenté d'en espionner les conversations en cachant des micros dans les placards ou devant les fenêtres mais d'après Pierre Assouline, rien de bien révolutionnaire que ces réunions de gens de lettres parlant "boutique" entre deux plats.

Mais...

Explorateur, fureteur, fouineur, Pierre Assouline a découvert des petites choses assez croquignolettes...

Que Francis Carco dit à Robert Merle, prix Goncourt 1949 avec Week-End à Zuydcoote, pour lequel il a pourtant voté : "Trop de couilles, mon cher, trop de couilles !"

Que Paul Colin, prix Goncourt 1950 pour son premier roman, Les Jeux sauvages, à qui on demande quel sera le sujet du second, répond : "Ah bon, il faut en écrire un autre?"

Que Jean Giono, fraîchement élu, déclare à propos des Mandarins, de Simone de Beauvoir, prix Goncourt 1954 : "Je n'aurais pas pris plus de plaisir en lisant un ouvrage sur les mœurs des coléoptères."

Qu'Hervé Bazin lance, après le prix Goncourt 1967 décerné à Mandiargues pour La Marge : "Nous venons de couronner un écrivain, déjà célèbre, pour le plus faible de ses livres."

Que Léon Daudet, le royaliste, à qui la droite reproche de faire campagne pour le roman antipatriotique de Céline Voyage au bout de la nuit, s'écrie : "La patrie, je lui dis merde quand il s'agit de littérature."

....................

Précédé de rumeurs, entouré de secrets, suscitant convoitises et polémiques, le Goncourt reste un rendez-vous incontournable de la vie littéraire française. C'est aussi une manne pour le lauréat, assuré de vendre son roman entre 100.000 et 500.000 exemplaires. Généreuse, l'académie octroie aussi à l'heureux élu un chèque... de 10 euros.

Un prix peut changer une vie, ce qui est un avis d'auteur. La bouleverser, pour le meilleur et pour le pire.

"Le jour de sa proclamation, et les semaines suivantes, le lauréat se découvre soudain beaucoup d'amis, et même de nouveaux amis d'enfance", sourit Pierre Assouline.

Le jury, pour sa part, est soupçonné des pires turpitudes: jurés corrompus par les éditeurs, magouilles, trafics d'influence, complaisance...

Assouline s'en défend. "C'est devenu un poncif journalistique", dit-il. D'ailleurs, depuis 2008, il y a incompatibilité entre la qualité de juré et une fonction rémunérée dans une maison d'édition. "Ce qui paraît la moindre des choses mais n'alla pas de soi pendant longtemps", reconnaît l'auteur.

Cependant, la polémique a du bon, elle "maintient vivante l'académie que ses détracteurs voudraient enterrer", dit-il.

Lorsque François Nourissier a été coopté dans ses rangs, Michel Déon l'a prévenu : "Si tu acceptes, tu vas en prendre plein la gueule pendant des années". Nourissier avait relevé le défi.

Beaucoup de fébrilité et d'effervescence, sans doute, au menu de ce 7 novembre chez Drouant.

Mais, comme le conclut Pierre Assouline :

"Il faut séparer les livres du bruit qu'ils font".

 

Liliane Langellier

En janvier 2016, les membres de l'académie Goncourt sont :

Présidents de l'Académie Goncourt[modifier | modifier le code]

P.S. Voir la liste des prix Goncourt depuis 1903 sur Wikipedia.

 

 

P.S. 2 Cet article est le 240ème article sur ce  log "Chez Jeannette Fleurs".

Pierre Assouline. Du côté de chez Drouant.

Pierre Assouline. Du côté de chez Drouant.

Le jury du Goncourt en 1948, avec au centre l'écrivain Colette © AFP

Le jury du Goncourt en 1948, avec au centre l'écrivain Colette © AFP

Le menu du Goncourt 2018.

Le menu du Goncourt 2018.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article