Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

“Je m'intéresse à tout, je n'y peux rien.” Paul Valéry. Poussez la porte de la boutique : plus de 1.600 articles.

Tout pour la drogue sauf la drogue !

Quand Chouket arrive en Californie, elle travaille dans une boutique d’art tenue par un joli Iranien.

Puis, par je ne sais quel concours de circonstances, elle retrouve un certain Steve.

Qu’elle a déjà croisé à Goa, en décembre 1971, chez un couple très hippie : Joe et Janet.

Steve est fin. Très brun. Avec un long visage et un type apache.

Il est juif. Très juif. Et très californien.

Il possède une boutique de paraphernalia sur Sunset boulevard :  « Smoke Spice and Co »…

« Tout pour la drogue sauf la drogue ! »

Une boutique qui marche fort. Très fort.

Au croisement de la descente des collines de Hollywood et de Bervely Hills.

Juste là où s’affiche le cow-boy Marlboro. Sur le strip de Sunset.

C’est une toute petite boutique mais…

C’est un vaste étalage de pipes à eau de toutes tailles et de toutes formes, de pipes classiques, de pipes de verre, de bangs aux couleurs psychédéliques, de briquets, de cendriers, de chillums, de narguilés, de pailles à coke, en argent, avec turquoise, etc…

De petites feuilles de marijuana et de fines cuillers à coke en or.

De balances électroniques ou classiques avec de minuscules poids.

De canettes cachettes, de papiers à rouler, de rouleuses automatiques et tout leur fourbi.

Des étuis à cigarettes, des jarres pour cannabis, des shakers, des canifs, des moulins à cocaïne, des kits pour snifers…

De boîtes à pilules en forme de beignets et de capsules de gélatine vides, des petits sacs de rangement avec des zips, etc…

On y trouve également des tee-shirts avec l’effigie de camés célèbres, de Jimi  Hendrix à Bob Marley…

Des livres sur les bienfaits de la marijeanne et du chichon.

Des tests de dépistage, mais aussi des accessoires pour le plaisir des dames : des vibromasseurs de poche pour clientes discrètes, etc…

Là, je m’arrête pour une brève de luxe…

Pendant la période où je travaillais à Publicis Conseil, Marcel Bleustein Blanchet avait hébergé Jacques Borel (oui, l’empoisonneur des restos d’autoroutes). Qui était un ancien annonceur.

Ses bureaux se trouvaient près du mien. Et je l’entendais chaque jour hurler sur sa secrétaire.

Je l’intriguais.

Je lui plaisais sans doute…

Il a vite engagé conversation.

Et, quelques temps plus tard, alors qu’il préparait un voyage en Californie, et que je lui avais confié que ma sœur aînée habitait Los Angeles, il est gentiment venu me trouver pour savoir si je voulais qu’il emporte un cadeau.

Je lui ai confié un ou deux livres et le numéro de la Chouk.

Au retour, elle l’avait chargé d’un petit cadeau pour moi.

Je le déballais vite devant lui.

C’était une fine petite cuillère à coke en or.

Imaginez !

Jacques Borel piqué à la frontière avec une cuillère à coke !

J’en ris encore.

J’ai clos le débat en m’extasiant, et en me pinçant pour ne pas rire : « Mais quel joli et fin petit bijou, elle a toujours eu du goût  ! »

J’ai servi à leur boutique en décembre 1987.

Elle avait fait une ravissante vitrine. Pas facile avec les produits incriminés.

J’avais un peu de mal à comprendre les désiderata de la riche clientèle avec leur accent inimitable.

Par la suite, Steve acheta une autre boutique un peu plus loin sur Sunset…

Et une boutique dans la vallée.

Je n’ai jamais vraiment su ce qu’il « fourbensait » exactement.

Je sais juste qu'elle l'a sauvé du pire...

Bien avant qu'il ne l'épouse.

Alors qu'il était tombé dans le crack.

Elle a viré les dealers et emmené Steve dans le chalet d'Idyllild.

Histoire qu'il se refasse une santé.

Je n'ai jamais su ce qu'il fourbensait exactement...

Bien que nous (Agathe et moi) l’ayons surpris dans la cave face à notre chambre, avec des bocaux pleins d’herbe qu’il rangeait méthodiquement dans des coffres au plancher…

Et que pas une journée ne se déroulait sans sentir le parfum écoeurant de l'herbe.

Qu'il avait un téléphone pour les amis et un téléphone pour les affaires.

Que, lorsqu'il quittait le canapé du salon, il se déplaçait souvent dans tous les coins de L.A. 

Et oui...

Quoi, oui !

Oui, tout pour la drogue sauf la drogue !

Liliane Langellier

La boutique sur Sunset

La boutique sur Sunset

L'étalage de pipes à eau.

L'étalage de pipes à eau.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article