Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte et entrez donc dans le blog culturel de Liliane Langellier. Plus de 1.400 articles.

La nuit du coyote

"La vie m'avait appris que si l'on n'attend rien tout devient une surprise."

Douglas Kennedy

(La poursuite du bonheur)

 

...The night of the coyotee...

C’est la nuit.

La nuit noire.

La nuit particulière qui tombe si tôt sur collines boisées de Hollywood.

On se croirait à Valmorel avec toutes les lumières de ces maisons cachées dans les collines.

De lumières en lumières.

J’ai le front posé sur la vitre.

On est au 7865 Willow Glen Road, West Hollywood, Los Angeles.

On est le mercredi 17 juin 1987.

Je suis veuve depuis 3 mois.

Je n’ai pas encore 40 ans et je suis veuve depuis 3 mois.

Je suis arrivée avec Chouket, par un vol de la T.W.A.

Le vol a duré 14 heures.

Elle est venue me chercher rue de Braque.

Elle est venue me chercher pour que je ne me noie pas au fond de ma tristesse.

Elle n’a pas assisté aux obsèques de mon jeune époux, mais elle est arrivée chez moi le lundi 8 juin.

Elle est « comme ma sœur » aînée et je suis comme sa sœur cadette.

Le vol a été long.

Je ne connaissais pas les compagnies américaines.

Un tout autre art de vivre.

Où le client – donc l’argent – est vraiment roi.

J’avais quitté la maison de West Hollywood un an auparavant après un séjour avec mon mari.

Le dernier séjour de ses dernières vacances.

Quand je suis arrivée, j’ai pleuré.

Steve, le mari de Chouket, n’a pas compris.

« Qu’est-ce qui lui arrive ? » a-t-il demandé.

On est au 7850 Willow Glen Road, West Hollywood, Los Angeles.

Puis j’ai regagné ma chambre.

Mes copains du Grand Hebdomadaire sont inquiets pour moi.

J’ai beaucoup maigri pendant sa maladie.

J’ai retrouvé une forme d’adolescence.

« She was eighteen turning fourty » m’a cité Forestier.

C’est juste ça.

J’ai déjeuné avec lui, hier.

Le grand blond se comporte comme mon grand frère.

Ici, je suis prise en charge par Chouket. Je ne dois m’inquiéter de rien.

Il était temps qu’elle vienne me chercher.

J’ai passé trois mois dans le brouillard le plus complet.

En mode pilotage automatique.

Le bureau. Le métro. La maison.

Et les week-ends à Chaudon.

Mais Los Angeles sera mon refuge, mon havre de paix. Pendant toutes ces années de reconstruction.

Je regarde encore les collines quand un bruit lugubre me terrasse.

Un long hululement venu du fond des âges.

Un long hululement qui habite la nuit toute entière.

Et puis un autre, et puis encore un autre.

J’ai peur.

C’est sot mais j’ai peur.

Je file boire un verre dans la cuisine.

Chouket me rejoint.

« C’est quoi ? »

« C’est rien. On est le jour des coyotes. Le jour de la semaine où l’on doit sortir nos poubelles sur Hollywood.

Les coyotes le savent et se donnent le mot.

Ils viennent déchirer les sacs et voler leur patûre.

C'est leur nuit.

On appelle ça "la nuit du coyote".

Va te recoucher ! »

Les seuls coyotes que je connaisse sont les coyotes à foie jaune de Lucky Luke.

Mais je ne tergiverse pas.

Je vais me recoucher.

 

Liliane Langellier

 

 

La nuit du coyote
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article